Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 12:28

Cet article est reposté depuis vivelalecture.

Repost 1
Published by Solange Jambon
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 19:15

 

Voilà déjà 5 mois que nous sommes revenus et nous souhaitons à l'occasion de cette nouvelle année 2013, fêter la fin de ce voyage en image. Nous mesurons encore plus aujourd'hui la chance que nous avons eu de pouvoir partir en famille pendant 9 mois. Nous ressentons collectivement et individuellement tous les bienfaits de cette parenthèse. Si apparemment notre vie n'a pas changé - nous avons retrouvé nos emplois et nos écoles, bref notre vie d'avant - nous garderons chacun au fond de nous des souvenirs et des émotions uniques. Notre vision du monde a pris une nouvelle dimension et nos priorités ne sont plus vraiment les mêmes.

 

 

Nous vous laissons découvrir ces images spontanées de Pékin à New York, elles retracent 9 mois de voyage en 15 minutes, très bonne année 2013 à tous ..

 

 

 

  Directement sur Daily Mtion :

http://www.dailymotion.com/video/xwq8zx_2-final-montage-2013_travel?start=10#.UPMHzawmxBw

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Le retour : La video du voyage
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 05:02

 

Et voilà, nous sommes à New York pour la dernière semaine de notre belle parenthèse ....
Voici une dernière vidéo qui résume notre immersion dans cette ville qui ne dort jamais, où l'on marche beaucoup et en ce moment sous 40 ° ! Heureusement les boutiques sont toutes climatisées ce qui n' a pas été pour déplaire à Camille .....
 Aujourd'hui direction Paris avec une petite escale à Londres ....
Nous sommes à la fois très heureux de rentrer en France et un peu triste que l'aventure se termine, avec le sentiment d'avoir un peu rêvé tout ce que nous avons vécu ces 9 derniers mois ....
Encore merci à vous , merci pour vos messages, merci de nous avoir suivi sur le blog, merci à ceux et celles qui nous ont retrouvés à l'autre bout du monde, et à vous qui êtes restés silencieux mais qui avez rêvé avec nous .

Nous vous donnerons de nos nouvelles une dernière fois lorsque nous serons arrivés à bon port !
Bizzzzzz et see you soon !

 

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans USA - New York
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 05:39

Nous avons décidé de passer notre dernière semaine dans un village de pêcheurs à Puerto Lopez, situé à environ 200 km de Guayaquil. Le trajet en bus, qui a duré pas loin de 5 heures sera un des trajets les plus pittoresques que nous ayons fait depuis 8 mois ! Nous avons voyagé dans un bus à l’allure délabrée dans une chaleur étouffante..
A peine démarré, des marchands ambulants n’ont cessé de monter et descendre du bus en marche pour nous vendre toutes sortes de produits, des biscuits, des glaces, de l’eau à la noix de coco…. nous avons eu droit à 1 film français « Immortel » avec Jean Reno mais en espagnol ! Je passerais sous silence la conduite dynamique du chauffeur qui m'a fait fermer les yeux plus d'une fois.

C'est donc un peu crispés et avec un"léger" mal de crane que nous sommes arrivés  à Puerto Lopez au bord de l'océan Pacifique.

P1100252
Pour nous remettre de ce trajet rock n roll, nous nous sommes fait plaisir sur le logement et et avons pris une chambre avec balcon  face à la plage.

P1100251

 

Nous décidons, sur la demande insistance d’Arthur, de partir une matinée à la pêche. Nous choisissons d' aller avec un gars qui se fait appeler "Winston Churchill" et qui tient une agence d’excursion nommée « Tous à poil ! » ce qui nous a fait bien marré, il est bien sur vivement recommandé par le guide du routard.

P1140645

Départ 7 heures du mat ce qui ne nous enchantent pas (nous les filles) mais bon il parait que le poisson mord mieux le matin, alors… dommage, cela n’a pas été du tout notre cas, nous avons tous juste réussi à pêcher 2 petits mérous et 4 murènes ( !)  nous avons été plutôt déçu sur ce coup là.

P1140494
Mais si nous sommes à Puerto Lopez ce n’est pas pour la pêche c’est pour l’observation des baleines, et là nous avons eu beaucoup de chance, nous les avons approchées de très près et cela restera un des moments les plus forts de notre voyage. Comme il est difficile de retranscrire l’intensité de nos émotions, nous avons choisi de vous faire partager notre rencontre avec les baleines en vidéo. Les images parlent d’elles mêmes.

Vidéo :
(Petit conseil, attendez le chargement complet de la vidéo pour la lire, cela évitera les coupures)

 

 

Nous avons également visité "Isla de Plata", une petite île à une heure de bateau de Puerto Lopez où nous avons pu admirer et approcher une colonie de fous à pattes bleu, pas du tout craintive.

P1100319

P1140749

 

P1140755

Durant le trajet en bateau, nous avons également croisé de superbes tortues

  Vidéo

 

 

et Camille a été la plus courageuse pour aller nager au milieu de poissons multicolores dans une eau à 18 °.

Vidéo

 

Le reste de la semaine, nous avons pris du bon temps sur la plage à bouquiner et à siroter des Margaritas et cervezas .

P1100416
Et voilà, notre séjour en Equateur se termine, nous allons prendre notre dernier vol avant celui du retour, direction New York !


Asta luego amigos ....

PS : Voici les photos promises des monstres du parc de Guayaquil ! Impréssionnant non ?

P1150007
P1150033
P1150009



        

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Equateur
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 22:15

 

Dernier pays d’Amérique du Sud, l’Equateur situé au nord-ouest du continent, n’a vraiment plus rien à voir avec le Pérou ou la Bolivie. Au sortir de l’avion nous recevons un choc thermique (comme dirait Arthur) puisque l’écart de température est de 20° avec une forte humidité. Le pays nous semble tout de suite plus moderne, plus évolué (encore que cette notion nous a fait beaucoup réfléchir au cours de notre voyage…) et Guayaquil nous apparaît semblable à d’autres grosses villes mais plutôt sur le continent asiatique.

P1140013.JPG

Peut-être est-ce la chaleur, l’omniprésence des voitures et du bruit dans les rues, toujours est-il que l’Asie nous semble proche, étrange ce sentiment. Notre hôtel est au centre et nous profitons de la fin de journée puisque notre vol Cusco-Lima-Guayaquil s’est déroulé en milieu de journée. Et savez-vous quel jour nous sommes ? Eh bien le jour de la Gay Pride ! Et la Gay Pride à Guayaquil en Equateur, c’est quelque chose ! Bien sûr nous connaissons ce type de défilé coloré et bruyant en France, mais là…comment dire, ça dépasse nos connaissances en matière anatomique, à tel point que, nous qui ne sommes pourtant pas trop coincés, avons dû passer notre chemin pour éviter à nos enfants un spectacle hors du commun bien que particulièrement joyeux. Notre seul regret est de ne pas avoir pris notre appareil photo car une faune pareil valait le coup (ou plutôt méritait) d’être immortalisée ! En parlant de faune, nous sommes un peu sur nos gardes car nous avons été averti du périmètre à ne pas dépasser au tour de l’hôtel, mais comme d’habitude j’ai laissé ma Rolex à l’hôtel, Sylvie sa rivière de diamants, Camille son sac Chanel et Arthur son I-phone G5 et ses lunettes 3D supersoniques. C’est donc sereins, vêtus de Queshua pur Décat’ que nous flânons sur le Malecon, nom que les sud-américains donnent à la vaste promenade aménagée qui longe le fleuve et où, il y a quelques années les occidentaux à la peau claire n’étaient pas les bienvenus. Puis nous traversons un parc et soudain un énorme iguane se présente à nous, un bon mètre cinquante, d’un vert orangé magnifique, et il nous fixe en dodelinant de la tête comme pour nous dire « Kesta toi ? Tu veux te battre ? » Mais très vite nous nous apercevons qu’ils sont plusieurs centaines à vivre ici en pleine ville et qu’ils sont l’attraction des citadins comme nous avec les pigeons, incroyable. Promis, nous les prendrons en photos à notre retour de Guayaquil (à l’heure où nous vous écrivons nous sommes plus au nord).
Désolé d’avoir oublié notre appareil photo à Guayaquil, heureusement ils seront bien entre nos mains pour la suite, c’est-à-dire les Galápagos à 1000 km à l’ouest. Une heure d’avion et hop, nous voilà sur l'île de Santa-Cruz, une des îles où le célèbre Darwin aurait peaufiné sa fameuse théorie sur l’évolution des espèces ce qui est largement exploité commercialement sur divers objets et moult tee-shirts ici. Pour aller de l’aéroport à Puerto Ayora, nous avons pris un bus, puis un bateau pour passer un bras de mer puis à nouveau un bus et nous avons traversé un paysage magnifique, sauvage, volcanique et luxuriant à la fois jusqu’au petit port touristique mais pas trop . J’avais cru que Sylvie était devenue cigale en se lâchant sur les étals de Chicharon au Pérou, eh bien que nenni ! La rigueur budgétaire « ayraultienne » est venue jusqu’à nous et elle nous a dégotté après avoir fait une douzaine de pensions, une chambre, que dis-je un abri où les fenêtres sont remplacées par des moustiquaires, sans lumière dans la salle de bain, et sans eau chaude à part dans une douche commune, douche électrique qui vous colle une châtaigne à chaque fois que l’on touche un bouton !

P1090812

 

Heureusement ils ont la bonne idée de tourner au 110 volt ici…Il y a eu Claude François et moi je n’avais pas vraiment envie que ce soit le tour de François-François ou François le français…

P1090811

 

Bref, de notre chambre pas chère où, soit dit en passant, nous avons très bien dormi (mauvaise langue que je suis) nous avons pris nos repères et très vite nous constatons que la faune règne ici partout.
Ce ne sont pas les vaches qui sont sacrées mais les pélicans, les otaries et les lions de mer, les iguanes et les fous à pattes bleues !
P1140045
Lorsqu’ils rentrent de mer les pêcheurs ont du mal à préparer le poisson tant les pélicans et les otaries sont pressants, un spectacle digne du cirque Pinder.

 P1140051
VIDEO :

 


Notre première rando est pour le centre Darwin où vivent et sont étudiées de nombreuses tortues géantes dont beaucoup sont centenaires.

P1140072

Ces mastodontes sont étonnants avec leur allure préhistorique, leurs grosses pattes et leur tête de monstre. Rarement en mouvement, elles sortent de leur torpeur dès qu’un Arthur (par exemple) brandit un brin d’herbe à moins de dix mètres.

P1100114

P1140083

Le lendemain nous sommes allés à Tortuga Bay, une plage sauvage aux eaux vertes entourée de mangrove où viennent se reposer les pélicans après leurs plongeons vertigineux pour pêcher leur nourriture.

P1090837

P1140159

P1140161

Au bout de cette plage, des iguanes de mer noirs se prélassent et restent indifférents à notre passage.

P1090860

Nous accédons à une plage encore plus tranquille, où de grands cactus nous servent de sentinelle. Nous en aurions bien besoin car cette petite baie est connue pour ses nombreux requins, petits et grands, marteaux ou à pointe blanche…
P1140182

P1140185

Nous restons donc bien au bord et nous avons même repéré au loin un aileron, et au bord un bébé requin de 50cm qui est venu se balader entre nous…On a beau nous dire qu’ils ne sont pas agressifs, il y a comme un instinct qui nous empêche de leur chatouiller le ventre à ces bestioles, magnifiques au demeurant. Le lendemain nous sommes allés en excursion sur l’île de Bartolomé juste à côté de l’île San Salvador à 1h30 de bateau.

P1140256

Nous débarquons dans un décor lunaire mais magnifique où nous sommes accueillis par des lions de mer, de superbes crabes rouges,

Photos Crabes1

des iguanes marins qui broutent les algues et sont capables de plonger jusqu’à 20 m de profondeur,

Photos Lezard

Vidéo :

 

 

des fous à pattes bleues et des lézards de lave.
P1140119

Ce volcan nous offre une vue magnifique sur la baie avec son pain de sucre étonnant.

P1140262

P1140274

Après les étranges formes volcaniques, les filles plongent en snorkeling et font amis amis avec un beau requin pointe blanche et plein de poissons multicolores.

P1090952

 

P1090977

 

P1090940

P1090970

Arthur et moi accostons sur la plage, ce qui ne nous empêchera pas de rencontrer des otaries et des petits pingouins très rapides qui nous ferons rires à mainte reprises à cause de leur petite bouille et de leur manière de fendre les eaux à toute vitesse avec leurs petits ailes-nageoires trop marrantes.

P1140280

Nous les désignons sur le champ « mascotte de notre virée aux Galapagos » car nous redevenons des enfants à leur contact enchanteur. Enfin, nous sommes allés à Las Grietas, une espèce de faille géologique dans laquelle les eaux de la mer s’infiltrent et où de grands poissons nagent au fond. Les nageurs les plus hardis comme Arthur s’élancent du haut des parois pour effectuer des plongeons spectaculaires.

P1140308

Le reste de la famille se contentera de quelques brasses rafraichissantes.

P1140307

La capitainerie annonce 3 m de houle pour les jours à venir mais nous prenons quand même la mer pour aller sur l’île d’Isabella, la plus grande de l’archipel. Bien secoués mais sains et saufs, nous arrivons sur cette île beaucoup plus sauvage et tranquille où le temps semble s’écouler deux fois moins vite qu’ailleurs. A Puerto Vilamil, le seul village de l'île, de nombreuses otaries sont omniprésentes jusqu’à faire une sieste au milieu d’une barque !

P1140322

et d'autres sous les bancs ou le long des pontons tranquilles.
P1100126

Au beau milieu de la mangrove dans une piscine naturelle, Sylvie et les enfants nagent avec des tortues de mer superbes, et juste à coté une otarie cherche des compagnons de jeux.
VIDEO :

 

 

 

Une petite balade en bateau nous emmène juste en face vers les îles Tortugas où nous débarquons pour admirer un écosystème où pullulent tous nos amis : iguanes de mer, pingouins (les seuls à vivre en eaux chaudes), et autres fous à patte bleues.

P1140367

P1100195

P1140325

P1140374

P1140430

Mais nous avons aussi vu un canal naturel où dormaient sept requins à pointe blanche d’au moins deux mètres de long. C’est étonnant de les voir immobiles avant de partir chasser…

P1140408

Et justement notre guide annonce une pause snorkeling à 100 m de là, gloups ! Autant vous dire que nous ne sommes pas restés très longtemps dans l’eau, même si les filles ont été les plus courageuses, j’en conviens.

P1100167

Camille a même apperçu une raie.
P1100173
Voilà pour les frissons dignes des « Dents de la mer », notre séjour sur l’archipel nous aura également enchanté par la beauté de paysages uniques. La faune est incroyable et c'est vraiment magique de pouvoir approcher de si près tous ces animaux. Ah, au fait, même avec un peu de brume, 30° au soleil c’est quand même pas mal…
Voici un petit montage vidéo-photos en bonus sur les Galapagos où il fait bon vivre au milieu de toute cette faune... ;) PS : Mettez le son c'est plus sympa
VIDEO :

 

 

 
Chers mouchachos en vacances, nous vous saluons chaleureusement, à plouch donc.    
PS : Bravo Lucille pour ton bac ! Féliciations                              

 

 

 

 

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Equateur
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 03:02

  Les ruines de Pisac nous avaient laissé entrevoir le niveau de maîtrise des incas en matière de construction. Nous en avons eu confirmation au-delà de nos espérances en parcourant la Vallée Sacrée.
Notre guide et taxi s’appelle Wilbert (un croisement entre William et Gilbert…) et dans la douceur bien agréable de sa Hyundai (nous avions oublié la notion de confort automobile ces derniers temps) nous emmène de Cusco vers le premier site de Chinchero, un village au cœur de vestiges incas.
P1130722
Nous retrouvons des immenses terrasses à flanc de coteaux, érigées avec des pierres énormes assemblées au millimètre près.

P1130719

Ce village touristique est étrange car soudain, Sylvie est prise d’une fièvre d’achat de souvenirs incroyable. Elle se déchaine au milieu des marchands, elle cherche, trouve, achète, des quantités de souvenirs en un temps record.

P1130723

Mais quelle substance est à l’origine d’un tel bouleversement ? Elle, qui nous a toujours freiné en invoquant ce satané budget, est méconnaissable en cigale frénétique et c’est en courant que nous devons quitter ce village maudit pour éviter une catastrophe financière familiale…

P1130727

 

P1130724

Ouf, heureusement Wilbert nous attendait et nous sommes repartis en direction d’un site incroyable. Il s’agit d’un laboratoire Inca, une sorte de d’INRA avant l’heure.

En effet, à Moray se trouve une cuvette de 200m de diamètre où les incas ont aménagé des terrasses parfaitement circulaires.
P1130824

 

P1130810

Sur chaque terrasse était semée une variété de plantes différentes, et en fonction de l’orientation par rapport au soleil, ils déterminaient la technique culturale à appliquer pour optimiser leurs récoltes. C’est intelligent et beau à la fois.

P1130817

Je connais des collègues spécialisés dans l’assurance agricole qui seraient stupéfait par ce site.
La vallée est sauvage et le panorama magnifique, Willbert nous emmène
P1130808

P1130833

jusqu’au troisième site de Salinas, le site le plus spectaculaire de la région.

 

P1130745

Des milliers de puits salants servent depuis l’époque Inca à l’extraction du sel.

P1130788

P1130769

Le résultat est simplement extraordinaire et un régal pour les photos.

P1130757

P1130781

C’est donc un peu plus loin à Ollantaytambo que Wilbert (ce prénom m’éclate à chaque fois que je le prononce) nous a laissé. Ce village abrite une forteresse Inca célèbre car elle a permis à Manco Inca de repousser l’armée  du conquistador Pizarro grâce aux flèches, lances et rochers lancés du haut des terrasses et à l’inondation de la plaine par des canalisations prévues à cet effet.

P1130846
P1130845

Après avoir escaladé ces murailles nous avons pris le train pour Aguas Calientes notre base de départ pour le Machu Picchu.

P1130856

Au petit matin nous partons donc en bus et la route que nous empruntons nous offre déjà un panorama à couper le souffle, des immenses pics rocheux recouverts de végétations percent les nuages et c’est dans cette ambiance mystérieuse que nous arrivons sur le site.

P1130858

La claque est énorme. Les images que nous avons vues jusqu’ici ne sont rien à côté de l’effet que produisent ces ruines en réalité. Nous restons bouche bée devant la beauté de cette cité Inca dont la justification n’est toujours pas établie à ce jour par les scientifiques.

 

P1130861

Les nuages se déchirent peu à peu pour laisser le soleil inonder les ruelles parfaitement alignées.

P1130887

P1130997

P1140008

P1140009

P1090728

 

Notre enthousiasme est tel que nous entamons deux randos : une qui mène au pont à bascule inca, un incroyable chemin à flanc de paroi rocheuse qu’empruntaient les Incas qui manifestement ignoraient le vertige.

P1130908

L’autre randonnée nous mène jusqu’en haut du Cerro Machu Picchu, une montagne qui fait face à celle que l’on voit sur toutes les photos et qui est trois fois plus élevée !

P1130932

Deux heures de souffrance à monter des marches énormes sont récompensées par la plus belle vue sur ce site unique.

P1130945

 

P1130950

C’est sur cette image de drapeau du Pérou flottant sur le Machu Picchu que nous quittons la région sacrée et bientôt le Pérou, une réussite sur toute la ligne.

P1130959

 

Le dernier jour à Cusco nous avons flané dans les rues,

P1090800

 

admiré des danseuses dans la rue (la fête du solstice dure une semaine)

Vidéo :

 

 

 

et fais un petit tour au marché pour boire de délicieux jus naturels à 80 centimes €.

P1090801

Arthur s'est pris à un  jeu de mise d'argent péruviens et a perdu ses derniers sols.

Vidéo :

 

 

 

Demain, départ pour l'Equateur !
A bientôt les Mouchachos !        

 

P1130866

 

P1130875

 

P1090723                   

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Pérou
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 18:59

Enfin nous descendons de plus de 1 500m d’altitude pour arriver à Cuzco à 3 300m, ville Inca mythique après une nuit de bus.

P1130657

La compagnie Cruz Del Sur est la plus sure du Pérou et notre voyage s’est avéré plutôt agréable. Diner à bord, siège qui s’allonge et sécurité maximum (un membre du personnel prend tout le monde en vidéo avant de partir ! ;). Notre hôtel Casa Helena est bien situé est tenu par un frenchy, Yves, passionné de parapente et nous nous sentons immédiatement chez nous, cool. Dès le premier jour, nous plongeons dans le chocolat péruvien en participant à une après-midi dédiée au cacao sous toutes ses formes, humm.

P1130340

 

Entourés d’australiens, de californiens, de brésiliens et d’anglais, nous avons concassé des fèves, élaboré diverses boissons chocolatées et fabriqué nos propres chocolats en mélangeant plein d’ingrédients, une vraie récrée pour les enfants et leurs parents !

P1130358

La ville est magnifique, avec ses multiples cathédrales et sa place centrale où trône une statue Inca recouverte d’or, un décor qu’on croirait sorti d’un album de Tintin…

P1130383

C’est dans cette ambiance que nous nous préparons à un événement majeur ici : la fête de l’Inti Raymi (Fête du soleil) qui célèbre le solstice d’hiver chaque année.
Le spectacle débute en amont de la ville pour rejoindre ensuite la place centrale où nous avons trouvé une petite place sur une terrasse de restaurant au milieu de 15 000 péruviens et touristes du monde entier.

P1130454

Il faut dire que le spectacle est flamboyant, car tous les figurants sont en costumes incas avec des couleurs vives superbes dès que les rayons de soleil les transcendent.

Images comp Inti et Pissas

Dès le début de la matinée des armées de soldats, porteurs d’offrandes, prêtres, musiciens, sorciers, danseuses, défilent sous nos yeux comme si nous étions au XV siècle d’autant plus que la musique et les chants rajoutent encore à l’impression de vivre à cette époque de l’apogée de la civilisation Inca.

Vidéo :

 

 

Puis arrivent le roi inca et sa reine portés par des fantassins sur leurs trônes respectifs jusqu’au centre de la place

 

 

 

Vidéo :

où le grand sorcier prononce des incantations en langue Quechua.

P1130484

Le spectacle nous émeut pendant deux heures et d’un seul coup toute la place se vide, y compris de ses spectateurs.

Vidéo :

 

Ce que nous ne savions pas c’est que la célébration continuait en direction du haut de la ville. Ignorant cela nous avons pris le temps de déjeuner tranquille avec nos amis nantais, la famille CAZIN que nous avions retrouvée.

  P1130593

Mais dès que nous avons su que le spectacle n’était pas terminé nous avons foncé jusqu’au site de Sascayhuaman tout en haut de la ville où les milliers de spectateurs étaient massés sur les pourtours d’un vestige Inca au milieu duquel la cérémonie prenait encore plus d’intensité tellement ce décor naturel et surtout historique lui donnait toute sa crédibilité.

P1130619

 

Bien que placés trop loin nous avons quand même été ébahis par l’aspect grandiose de cette reconstitution grandeur nature, une journée vraiment inoubliable pour tous et un régal pour les photos.

P1130602

Nous avions lu qu’à Cusco régnait une atmosphère particulière et le fait est que la richesse de ce que nous vivons confirme cette impression.
L’excitation ne nous a pas quittés non plus durant notre virée à Pissac en « collectivo », des minibus locaux conduits à fond sur les routes sinueuses.
L’intérêt de la ville hormis son marché un peu trop touristique, ci-dessous des marchandes de couleurs

P1090629
P1090631

 

réside dans une randonnée qui débute en amont et qui passe par plusieurs sites Incas à flanc de montagne et descend de manière vertigineuse au milieu des terrasses jusqu’au centre de la ville.

P1130664

Encore une superbe découverte, les Incas étant doués pour nous étonner par leur technique et par leur intelligence au détour des constructions et autres canaux d’irrigation en pleine montagne.

P1130684

Nous sommes surtout intrigués par les jointures parfaites entre les pierres, cela est d’autant plus troublant que nous avons vu les mêmes jointures sur des édifices de l’Ile de Pâques…

P1130686

Ce voyage est aussi passionnant pour les questions qu’il fait émerger dans nos esprits en juxtaposant les histoires, les paysages et les hommes.

P1130696

A très bientôt donc à vous qui allez partir en vacances enfin sous le soleil !
Ciao les Mouchachos !
P1130316

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Pérou
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 02:39

 

Après le rendez-vous manqué de La Paz, nous avons mis le cap sur le Lac Titicaca jusqu’à Copacabana, pas la chaude cité brésilienne mais la (très) fraiche bolivienne.
P1120834

 

P1120879

P1090181

Notre voyage en bus s’est bien déroulé avec un passage de bac avec d’un côté le bus et de l’autre les passagers, sur des embarcations plutôt rustiques au raz d’une eau à 8° …

P1090174

 

P1090180

 

La ville est magnifique lorsqu’on arrive des montagnes environnantes, au bord de cette étendue d’eau si grande qu’on croirait une mer.

P1120889

 

P1120962

 

Le ciel bleu inonde le paysage mais le froid est bien là, à tel point que nous louons un radiateur pour la chambre qui malgré cela reste désespérément glaciale.
Copacabana ressemble à une cité balnéaire avec ses pédalos, son rivage aménagé et son port, mais les touristes sont rares et la chaleur surtout malgré un soleil omniprésent.
Pour nous échauffer nous avons pris un bateau « habillé en costume traditionnel » pour aller sur une île flottante faite en joncs et censée aider la population des pécheurs locaux.
P1120897
En fait nous avons connu notre plus bel attrape touriste depuis bien longtemps : une espèce de grand radeau de gros bidons habillé avec des joncs nous accueille avec une boutique de souvenirs, un pauvre enclos à truites, quelques chaises et c’est tout. Pas grave, mais agaçant surtout quand on est obligé de rester à glander là pendant deux heures…
P1120890
P1120902


Heureusement, notre hôtel jouxte un très bon restaurant " La Cupula" où les enfants vont se régaler d’une fondue au chocolat pour se réchauffer.
Mais rien n’arrête une famille Fouet motivée et dès le lendemain nous prenons un bateau pour l’Isla del Sol, à deux heures de Copacabana. Avant de jeter l’ancre j’ai réclamé haut et fort des gilets de sauvetage et après de longues minutes, victoire ! Je les ai eu mes quatre gilets, sous les sourires moqueurs de certains autres passagers. On ne se refait pas. Il n’empêche qu’avec la température de l’eau et la distance par rapport à la côte nous sommes plus rassurés. La petite virée est magnifique et le nord de l’île où nous accostons est vraiment très sauvage.
Impossible de nous soustraire au guide local

P1090214

qui veut nous emmener en balade, nous lui emboîtons donc le pas après avoir englouti quelques « papas fritas » de chez sa copine (ah le business !). Le chemin prend très vite de l’altitude et le paysage est grandiose.

P1120918
Ses explications sont plutôt pertinentes et il nous fait même connaître une plante qui lorsqu’on la renifle aide à respirer en altitude. Et franchement, nous sommes bluffés par son efficacité : Arthur court comme un lapin et saute comme un cabri sur les rochers à 3600m, en reniflant sans cesse cette plante, et ça va continuer ainsi toute la journée.

P1120927

Heureusement qu’elle n’est pas en vente libre chez nous…C’est donc en presque lévitation que nous apprenons que c’est sur cette île que le dieu Inca à fait naître ici un homme Manco Capak et sa femme Mama Ocllo qui ont donné naissance au peuple inca. D’ailleurs nous en avons eu la preuve car les pas du dieu inca sont gravés dans la roche, et marcher dans ses pas nous recharge en énergie vitale.

P1120957


P1120931
Même si Arthur n’en avait pas besoin, il n’a pas hésité, et n’a même pas râlé durant les trois heures de randonnée hard qui ont suivis !

P1120938

Notre guide nous a donc accompagné jusqu’à la table des sacrifices humains (les incas était très attentifs à offrir beaucoup de sang aux dieux pour calmer leurs colères…), un lieu magnifique qui surplombe le lac. De là nous avons parcouru seuls un chemin somptueux sur les crêtes avec un panorama unique à 4000 mètres d'altitude.

P1120946
Cette randonnée est une des plus belles que nous ayons faite.
P1120940

Seul hic, comme nous avions peur de louper le dernier bateau, nous avons adopté un rythme façon championnat du monde de marche mais, boostés que nous étions, personne n’a râlé et nous avons passé une magnifique journée, sportive mais magnifique.

P1120936P1120951


Copacabana fut notre dernière étape en Bolivie mais nous sommes déjà en terre inca, et nous pénétrons encore plus ces terres sacrées en direction du Pérou par un voyage de 10 heures en deux bus, un de jour et un autre de nuit. Nous traversons de superbes paysages en passant une fois de plus par une douane.
P1120972

 

P1120982


Le dernier bus est plutôt antique et principalement rempli de locaux sympathiques et bruyants mais le plus drôle est une séance d’information d’ordre médical qui nous a été présentée : en effet, un membre du personnel de la compagnie a venté durant de longues minutes les mérites de divers médicaments presque exclusivement concernant les hémorroïdes en brandissant des photos d’hommes d’âge mur en place sur des toilettes…hilarant !

C’est donc à 22h que nous sommes arrivés à notre première étape péruvienne : Arequipa aux pieds du majestueux volcan actif El Misti qui ressemble au Fujihama avec cette même forme conique et son sommet enneigé superbe.

P1090234.JPG

Nous croisons les doigts pour qu’il reste tranquille car c’est un volcan de type éruptif et qui dit éruptif dit nuées ardentes et explosions qui en dix minutes détruiraient la ville et ne laisserait aucun survivant, gloups ! On oublie ce détail de géographie, pour découvrir une ville sympa, touristique mais charmante avec ses bâtiments de style colonial et ses arcades qui entourent une place centrale magnifique.
P1090237.JPG
Notre hôtelier "Hostal Nueva Espana" parle français, nous avons chaud enfin dans notre chambre, les petits dej sont super bons, nous retrouvons ainsi le moral que le froid avait fini par émousser ces derniers jours.
P1120985
Le premier jour, nous avons visité la ville et son superbe couvent Santa Catalina encore habitée par des religieuses et, construit dans la style Andalou.
P1090246.JPG

P1090262.JPG
Mais, nous sommes avant tout ici pour approcher un animal mythique : le Condor. Nous partons donc pour deux jours d’excursion en direction du Canyon Del Colca.

P1120994

P1120995

Après quelques cols à plus de 5000m (nous mâchons des feuilles de coca pour éviter le mal des hauteurs)

P1120989

 

P1130022

 

P1130017

nous arrivons à Chivay, petite bourgade entourée de cultures en terrasse qui datent de 1000 ans avant les incas.

P1130034

Et toujours dans le froid, toujours une chambre sans chauffage, mais comment font-ils pour supporter ça ?
En plus, c’est le centenaire de la province et la fête va durer jusqu’à 4h du matin avec force pétards comme c’est de coutume ici.

P1130041

 

P1130040

C’est donc après une brève nuit glaciale que nous avons pris une piste défoncée dès 6h du matin pour arriver vers 8h tout en haut du fameux cayon. Et là mes amis, ce fut le choc. La profondeur du cayon, les rayons du soleil qui donnent une lumière magnifique, et surtout dès notre arrivée, deux énormes condors qui déploient leurs 3,5m d’envergure sous nos yeux ébahis.

Pictures


En effet, ils profitent des courants d’air chaud ascendants pour planer en remontant jusqu’à nous.

 

 

 


Durant plusieurs heures nous restons dans le silence au bord du précipice à admirer des dizaines de condors au soleil, un spectacle unique, émouvant, et d’une beauté sauvage bouleversante. Cela valait vraiment la peine de braver le froid et l’altitude une nouvelle fois tant les condors nous ont enchantés.
Nos premiers jours au Pérou sont très agréables et nous sentons la différence de développement et de d’ouverture d’esprit avec la Bolivie qui reste comme repliée sur elle-même. Décidément l’Amérique du sud n’en finit pas de nous étonner.
Notre enthousiasme reste intact tellement le Pérou est excitant.
A bientôt les Mouchachos
 !      

 

P1090429                          

   

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Pérou
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 00:27

 

Après les grandes étendues désertiques et froides, nous voilà de retour à la civilisation. Le contraste est flagrant entre le Chili et la Bolivie, nous sommes dans un autre monde, comme si le temps s’était arrêté. Les petites femmes aux grands jupons, longues tresses et chapeau melon, déambulent dans les rues.

P1080915

 De la petite ville d’Uyuni sur les bords du Salar, nous avons mis le cap sur Potosi en bus, accompagnés de la famille CAZIN.

P1120475

 

P1080921

 

Potosi est la ville la plus haute du monde devant Lassa au Tibet.  L’arrivée à plus de 4OOOm est éprouvante mais le spectacle est unique : toute la ville construite en briques rouge entoure un cône gigantesque, une montagne pelée, comme décapée, énigmatique. 

P1120484

 

Il s’agit en fait de la plus fabuleuse mine d’argent de l’histoire de la conquête du nouveau monde. C’est de cette montagne que des quantités énormes d’argent sont parties pour le royaume d’Espagne durant trois siècles.

 

P1120542

La fabuleuse richesse de ce pays a donc permis à l’Espagne de bâtir son empire et de 1550 à 1850, huit millions d’esclaves, indiens et africains sont mort dans ces galeries.

P1120501

 

Aujourd’hui, l’activité perdure mais pour seulement quelques bolivianos qui espèrent trouver un nouveau filon et qui s’activent sous terre par 50°…Des visites de ces mines sont organisées mais sont fortement déconseillées en raison des risques liés aux gaz toxiques qui s’échappent de ces galeries. Avec chance, nous arrivons le jour de la fête de l’Opus Christi célébrée dans tout le pays.

 

 

Ici la religion se vit dans la joie et la bonne humeur, il s’agit d’une vraie fête populaire avec ses rites et ses processions.

P1120573

P1120499

P1120516

 

Pour rester dans l’ambiance nous visitons le couvent de Sainte Thérésa

P1080977

 

et le superbe musée de la Casa de la Moneda.

P1120586

 

Nous y apprenons comment était frappée la monnaie à Potosi.  Nous apprenons également qu’en 1987 des américains ont retrouvé un galion au large de la Californie rempli de pièces d’argent en provenance de Potosi et que ces derniers, dans leur grande générosité ont restitué une seule petite pièce à la ville pour son musée. Le cynisme des américains n’a décidément aucune limite…

P1120590

Après trois heures de bus, nous sommes arrivés à Sucre, la ville blanche capitale de la Bolivie.

Dossiers photos ville sucre

La chance est encore avec nous puisque ce week-end, les étudiants fêtent leur rentrée à l’Université. Pendant deux jours et deux nuits c’est un défilé permanent de danseurs et musiciens en costumes. Un festival de couleurs et de bruits, ces boliviens aiment vraiment faire la fête !

 

 

 

Le dimanche nous partons pour le marché de Tarabuco à 30km de Sucre, célèbre pour ses tissus.

P1120672

Nous en profitons pour nous lâcher sur quelques souvenirs colorés.

P1120673

 

P1090037
Le lendemain, nous avons retrouvé les Cazins et après une séance match de foot, nous avon svisité le musée des tissus andins. Nous avons admiré de beaux costumes et de tissus de la région.

P1120734

 

P1120736

 

P1120747

Pour faire plaisir à Arthur nous avons visité le parc des dinosaures, créé à la suite de la découverte d’empreintes de T-Rex et autres bestioles sympathiques que nous pouvons admirer en réel.

P1120784

 

P1120786

 

P1120785

 

Après un âpre débat interne, nous avons décidé de tester la compagnie aérienne militaire bolivienne (TAM) pour nous rendre à la PAZ et éviter douze heures de bus sur des routes escarpées de nuit…   C’est donc les mains moites et les pieds poites que nous avons atterri sur le plus haut aéroport du monde, encore un record à notre actif !

 

P1090118

 

P1090120

Heureusement que nous avons choisi un super hôtel très confortable car nous ne l’avons pas quitté pendant les 72 heures de notre séjour. La faute à une magnifique salmonellose contractée par Sylvie et Camille qui n’ont rien trouvé de plus original que de manger une belle salade de crudités au Roquefort ! En, plus elles me l’ont refilée, généreuses qu’elles sont…  Mais en bons routards organisés et prévoyants, nous sommes allés directement voir le médecin de l’Ambassade de France, et une prescription d’antibiotiques plus tard, toute la famille a retrouvé bien vite la santé.

Nous avons quand même arpenté quelques rues autour de notre hôtel, le temps de découvrir quelques foetus de lamas destinés à portée chance à de futurs jeunes mariés.

P1090144

 

P1090136

 

P1090141

Après ce rendez-vous manqué avec LA PAZ, nous espérons être plus fringants sur les rives du Lac TITICACA (mais oui Patrick !).

A plouch, les mouchachos ! 

 

P1120625

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Bolivie
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 00:30

 

Nos quelques jours à San Pedro de Atacama étaient censés préparer nos organismes à l’altitude, la ville étant située à 2300m. C’est donc le cœur léger, avec la béatitude des ignorants que nous nous sommes élancés à l’assaut des hauts plateaux pour trois jours de traversée jusqu’en Bolivie pour finir sur le Salar d’UYUNI.
Le Guide Lonely Planet dit : « Ce n’est pas une balade de confort et pour cinq voyageurs endurcis qui la décrivent comme le meilleur moment de leur voyage, il y en a toujours un pour qui ce fût un cauchemar» ce que Sylvie avait bien entendu passé sous silence…
Lors du premier passage en douane, nous avons remarqué dans la file trois petites têtes blondes et nous avons parié que c’était une famille française en voyage. Gagné ! Nous avons fait la connaissance d’Anaïs et Sébastien CAZIN et leurs trois enfants Basile 7ans, Jeanne 11 ans et Malo 12 ans.

P1120103

Ces nantais voyagent durant 5 mois en Amérique du Sud et nous allons les croiser à de nombreuses reprises durant notre périple andin, jusqu’à lier amitié. Les enfants seront tous heureux lors de ces occasions de pouvoir enfin partager leurs jeux et leurs expériences avec d’autres enfants de leur âge.
Donc, après contrôle douanier, nous sommes allés en bus jusqu’à la frontière chilo-bolivienne.

P1080535

 

P1080527

 

P1120454

Dans le vent frisquet et sous un soleil de plomb, nous avons pris place dans un 4X4 Toyota 7 places avec deux chiliens : Ektor et sa fille Elisabetha. Nos quatre très gros sacs sont positionnés sur le toit, enveloppés dans une bâche avec beaucoup de précaution. Nous comprenons bien vite que la poussière sera notre invitée sur les trois jours de traversée. Notre chauffeur, un inca pur jus, s’appelle Miguel et s’avère un pilote très pro,

P1120408

et il en faudra de l’expérience pour venir à bout des pistes défoncées que nous allons rencontrer. Nous sommes à plus de 4000m en plein désert bolivien et les paysages que nous découvrons sont bien au-delà de ce que nous avons vu jusqu’à présent.

P1110934

 

Plus vastes et plus purs que les plus beaux de Patagonie ou de Nouvelle Zélande, ces hauts plateaux sont fantastiques et les couleurs minérales tranchent sur le bleu violent du ciel sans le moindre nuage, c’est impressionnant et beau à la fois. Les seules traces de vie que nous rencontrons sont quelques touffes d’herbe desséchées,

P1080522

 

quelques vigognes frêles et élégantes, et des oiseaux lorsque nous nous rapprochons des lagunes dans lesquels aucun poisson ne peut vivre.

P1120092

La première est la Laguna blanca à cause de sa couleur blanche due au borax un minéral qu’elle contient.

P1110926

La surface du lac est gelée et donne le ton de la température qui nous attend dans cet environnement sauvage. Le spectacle est magnifique et nous nous félicitons encore une fois de ne pas avoir lésiné sur la qualité des appareils photos car nous prenons un plaisir non dissimulé à photographier cette nature exceptionnelle.

P1080573

Un peu plus loin nous admirons la Laguna verde, verte à cause de l’arsenic et du sulfate de cuivre qu’elle contient (c’est bien ça Anaïs ?).

P1110943

Il fait froid mais la beauté des paysages nous fait oublier pour un temps la température, les difficultés de respiration, la compression de nos intestins qui gargouillent, le mal de tête qui pointe et les UV que nous sentons pénétrer notre peau comme des aiguilles chauffées à blanc.

P1080599

Très vite nous sortons les crèmes indice 50, les lunettes de soleil et les bonnets. Nous sommes entourés de volcans aux sommets enneigés et le paysage est parfois lunaire mais les minéraux ont des couleurs somptueuses.


P1110962 Nous arrivons jusqu’à une nouvelle lagune magnifique et sur le bord de laquelle une petite piscine d’eau à 35° nous tend les bras. Arthur n’hésite pas une seconde et rentre dans l’eau (zut !), je suis donc obligé de l’accompagner dans cette expérience plutôt fraiche mais rigolote en compagnie d’une bande de jeunes voyageurs anglo-saxons qui font du beat-box dans ce décor incroyable.

P1110976

Jamais nous ne nous sommes rhabillés aussi vite, brrr !

Nous partons ensuite vers les énormes Rocas de Dali (Ils semblent avoir été disposés par le maître du surréalisme).

P1120146


Miguel nous concocte un repas en 15mn à l’arrière du Toyota et nous pique-niquons au bord d’une autre lagune magnifique où volent de nombreux flamants roses.

P1120211

 

Nous devons être à 5000m et mon mal de tête est maintenant bien installé.
  En route, nous rencontrons les CAZIN et le courant passe bien entre nos deux familles. Nous décidons de nous revoir le soir même, sympas les nantais. Nous concluons l’après-midi par la Laguna Colorada aux eaux incroyablement rouge en raison des micro-organismes qu’elle contient.

P1120029

Le spectacle des flamants sur cette surface rougeoyante est splendide.

P1120068
Arthur trouvera même un oeuf de flamant rose.

P1120076

Le premier soir nous nous installons dans un hôtel toujours à plus de 5000m sans chauffage. Comme il fait –15° la nuit je décide de louer des sacs de couchage supplémentaires (ici ils appellent ça des sacs de dormir, marrant comme expression). Nous partageons la même chambre que nos amis chiliens et dès le soleil couché, le froid tombe sur nos épaules sans pitié…

P1080688

Nous avons dormi tout habillé et ce n’est pas du froid dont nous avons souffert, mais de l’altitude.

P1080652

Le mal de tête ne nous a pas lâchés de la nuit, ce fut rude et au petit matin personne ne parle dans le 4X4.
Aujourd’hui, nous continuons sur l’altiplano, en admirant un volcan en activité le Tunupa (5432m) qui crache ses volutes de souffre en permanence. Toujours sur le même thème, nous avons approché des geysers brûlants et des cratères de boues volcaniques impressionnants.

P1120008

P1120003

Nous franchissons des cols à plus de 5000 mètres, on ne roule que sur des pistes.


P1110951 Nous déjeunons à l'arrière du 4X4, le chauffeur nous a concocté un bon repas.
P1080810
P1080815

Enfin, nous redescendons de plus de 1000m, et nous passons un moment au bord de la Laguna Honda où le spectacle des flamants roses est une fois de plus exceptionnel.

P1120213

P1120261
On ne se lasse pas de les regarder, et on mitraille.
P1120246

 

Ce soir, nous dormons dans un hôtel construit en briques de sel au bord du Salar d’Uyuni, non chauffé lui aussi. Nous décidons alors de dormir à deux par lit pour nous tenir chaud. Dur, dur la vie de routard !
Heureusement le soleil est constamment là pour nous réveiller et nous partons pour traverser le fameux Salar d’Uyuni qui s’étend sur 12 500 km² d’une blancheur immaculée à 3653 mètres d’altitude.

P1080837

La couche de sel peut atteindre jusqu’à 10m par endroit. Nous sommes à la rencontre de deux plaques tectoniques qui ont enfermé une mer qui s’est évaporée en laissant le sel.
Là, au beau milieu, nous improvisons des photos en essayant de profiter d’illusions d’optiques que provoque cette étendue de sel, nous nous sommes bien amusés.

P1120304

 

P1120315

P1120307
P1120424

Enfin nous arrivons à Uyuni en passant par un cimetière de locomotives et nous laissons les enfants s’éclater en jouant aux chemineaux.

P1120467
A la sortie du Salar, nous passons devant des ouvriés travaillant à l'extraction de sel, cagoulés pour se protéger du soleil et de la réverbération, ayant comme seul outils des pêles.

P1120446


Merci aux inventeurs du Nurofen, mais en fin de compte le jeu en valait vraiment la peine.
A bientôt les mouchachos !              

P1120456

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Bolivie
commenter cet article