Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 03:02

  Les ruines de Pisac nous avaient laissé entrevoir le niveau de maîtrise des incas en matière de construction. Nous en avons eu confirmation au-delà de nos espérances en parcourant la Vallée Sacrée.
Notre guide et taxi s’appelle Wilbert (un croisement entre William et Gilbert…) et dans la douceur bien agréable de sa Hyundai (nous avions oublié la notion de confort automobile ces derniers temps) nous emmène de Cusco vers le premier site de Chinchero, un village au cœur de vestiges incas.
P1130722
Nous retrouvons des immenses terrasses à flanc de coteaux, érigées avec des pierres énormes assemblées au millimètre près.

P1130719

Ce village touristique est étrange car soudain, Sylvie est prise d’une fièvre d’achat de souvenirs incroyable. Elle se déchaine au milieu des marchands, elle cherche, trouve, achète, des quantités de souvenirs en un temps record.

P1130723

Mais quelle substance est à l’origine d’un tel bouleversement ? Elle, qui nous a toujours freiné en invoquant ce satané budget, est méconnaissable en cigale frénétique et c’est en courant que nous devons quitter ce village maudit pour éviter une catastrophe financière familiale…

P1130727

 

P1130724

Ouf, heureusement Wilbert nous attendait et nous sommes repartis en direction d’un site incroyable. Il s’agit d’un laboratoire Inca, une sorte de d’INRA avant l’heure.

En effet, à Moray se trouve une cuvette de 200m de diamètre où les incas ont aménagé des terrasses parfaitement circulaires.
P1130824

 

P1130810

Sur chaque terrasse était semée une variété de plantes différentes, et en fonction de l’orientation par rapport au soleil, ils déterminaient la technique culturale à appliquer pour optimiser leurs récoltes. C’est intelligent et beau à la fois.

P1130817

Je connais des collègues spécialisés dans l’assurance agricole qui seraient stupéfait par ce site.
La vallée est sauvage et le panorama magnifique, Willbert nous emmène
P1130808

P1130833

jusqu’au troisième site de Salinas, le site le plus spectaculaire de la région.

 

P1130745

Des milliers de puits salants servent depuis l’époque Inca à l’extraction du sel.

P1130788

P1130769

Le résultat est simplement extraordinaire et un régal pour les photos.

P1130757

P1130781

C’est donc un peu plus loin à Ollantaytambo que Wilbert (ce prénom m’éclate à chaque fois que je le prononce) nous a laissé. Ce village abrite une forteresse Inca célèbre car elle a permis à Manco Inca de repousser l’armée  du conquistador Pizarro grâce aux flèches, lances et rochers lancés du haut des terrasses et à l’inondation de la plaine par des canalisations prévues à cet effet.

P1130846
P1130845

Après avoir escaladé ces murailles nous avons pris le train pour Aguas Calientes notre base de départ pour le Machu Picchu.

P1130856

Au petit matin nous partons donc en bus et la route que nous empruntons nous offre déjà un panorama à couper le souffle, des immenses pics rocheux recouverts de végétations percent les nuages et c’est dans cette ambiance mystérieuse que nous arrivons sur le site.

P1130858

La claque est énorme. Les images que nous avons vues jusqu’ici ne sont rien à côté de l’effet que produisent ces ruines en réalité. Nous restons bouche bée devant la beauté de cette cité Inca dont la justification n’est toujours pas établie à ce jour par les scientifiques.

 

P1130861

Les nuages se déchirent peu à peu pour laisser le soleil inonder les ruelles parfaitement alignées.

P1130887

P1130997

P1140008

P1140009

P1090728

 

Notre enthousiasme est tel que nous entamons deux randos : une qui mène au pont à bascule inca, un incroyable chemin à flanc de paroi rocheuse qu’empruntaient les Incas qui manifestement ignoraient le vertige.

P1130908

L’autre randonnée nous mène jusqu’en haut du Cerro Machu Picchu, une montagne qui fait face à celle que l’on voit sur toutes les photos et qui est trois fois plus élevée !

P1130932

Deux heures de souffrance à monter des marches énormes sont récompensées par la plus belle vue sur ce site unique.

P1130945

 

P1130950

C’est sur cette image de drapeau du Pérou flottant sur le Machu Picchu que nous quittons la région sacrée et bientôt le Pérou, une réussite sur toute la ligne.

P1130959

 

Le dernier jour à Cusco nous avons flané dans les rues,

P1090800

 

admiré des danseuses dans la rue (la fête du solstice dure une semaine)

Vidéo :

 

 

 

et fais un petit tour au marché pour boire de délicieux jus naturels à 80 centimes €.

P1090801

Arthur s'est pris à un  jeu de mise d'argent péruviens et a perdu ses derniers sols.

Vidéo :

 

 

 

Demain, départ pour l'Equateur !
A bientôt les Mouchachos !        

 

P1130866

 

P1130875

 

P1090723                   

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Pérou
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 18:59

Enfin nous descendons de plus de 1 500m d’altitude pour arriver à Cuzco à 3 300m, ville Inca mythique après une nuit de bus.

P1130657

La compagnie Cruz Del Sur est la plus sure du Pérou et notre voyage s’est avéré plutôt agréable. Diner à bord, siège qui s’allonge et sécurité maximum (un membre du personnel prend tout le monde en vidéo avant de partir ! ;). Notre hôtel Casa Helena est bien situé est tenu par un frenchy, Yves, passionné de parapente et nous nous sentons immédiatement chez nous, cool. Dès le premier jour, nous plongeons dans le chocolat péruvien en participant à une après-midi dédiée au cacao sous toutes ses formes, humm.

P1130340

 

Entourés d’australiens, de californiens, de brésiliens et d’anglais, nous avons concassé des fèves, élaboré diverses boissons chocolatées et fabriqué nos propres chocolats en mélangeant plein d’ingrédients, une vraie récrée pour les enfants et leurs parents !

P1130358

La ville est magnifique, avec ses multiples cathédrales et sa place centrale où trône une statue Inca recouverte d’or, un décor qu’on croirait sorti d’un album de Tintin…

P1130383

C’est dans cette ambiance que nous nous préparons à un événement majeur ici : la fête de l’Inti Raymi (Fête du soleil) qui célèbre le solstice d’hiver chaque année.
Le spectacle débute en amont de la ville pour rejoindre ensuite la place centrale où nous avons trouvé une petite place sur une terrasse de restaurant au milieu de 15 000 péruviens et touristes du monde entier.

P1130454

Il faut dire que le spectacle est flamboyant, car tous les figurants sont en costumes incas avec des couleurs vives superbes dès que les rayons de soleil les transcendent.

Images comp Inti et Pissas

Dès le début de la matinée des armées de soldats, porteurs d’offrandes, prêtres, musiciens, sorciers, danseuses, défilent sous nos yeux comme si nous étions au XV siècle d’autant plus que la musique et les chants rajoutent encore à l’impression de vivre à cette époque de l’apogée de la civilisation Inca.

Vidéo :

 

 

Puis arrivent le roi inca et sa reine portés par des fantassins sur leurs trônes respectifs jusqu’au centre de la place

 

 

 

Vidéo :

où le grand sorcier prononce des incantations en langue Quechua.

P1130484

Le spectacle nous émeut pendant deux heures et d’un seul coup toute la place se vide, y compris de ses spectateurs.

Vidéo :

 

Ce que nous ne savions pas c’est que la célébration continuait en direction du haut de la ville. Ignorant cela nous avons pris le temps de déjeuner tranquille avec nos amis nantais, la famille CAZIN que nous avions retrouvée.

  P1130593

Mais dès que nous avons su que le spectacle n’était pas terminé nous avons foncé jusqu’au site de Sascayhuaman tout en haut de la ville où les milliers de spectateurs étaient massés sur les pourtours d’un vestige Inca au milieu duquel la cérémonie prenait encore plus d’intensité tellement ce décor naturel et surtout historique lui donnait toute sa crédibilité.

P1130619

 

Bien que placés trop loin nous avons quand même été ébahis par l’aspect grandiose de cette reconstitution grandeur nature, une journée vraiment inoubliable pour tous et un régal pour les photos.

P1130602

Nous avions lu qu’à Cusco régnait une atmosphère particulière et le fait est que la richesse de ce que nous vivons confirme cette impression.
L’excitation ne nous a pas quittés non plus durant notre virée à Pissac en « collectivo », des minibus locaux conduits à fond sur les routes sinueuses.
L’intérêt de la ville hormis son marché un peu trop touristique, ci-dessous des marchandes de couleurs

P1090629
P1090631

 

réside dans une randonnée qui débute en amont et qui passe par plusieurs sites Incas à flanc de montagne et descend de manière vertigineuse au milieu des terrasses jusqu’au centre de la ville.

P1130664

Encore une superbe découverte, les Incas étant doués pour nous étonner par leur technique et par leur intelligence au détour des constructions et autres canaux d’irrigation en pleine montagne.

P1130684

Nous sommes surtout intrigués par les jointures parfaites entre les pierres, cela est d’autant plus troublant que nous avons vu les mêmes jointures sur des édifices de l’Ile de Pâques…

P1130686

Ce voyage est aussi passionnant pour les questions qu’il fait émerger dans nos esprits en juxtaposant les histoires, les paysages et les hommes.

P1130696

A très bientôt donc à vous qui allez partir en vacances enfin sous le soleil !
Ciao les Mouchachos !
P1130316

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Pérou
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 02:39

 

Après le rendez-vous manqué de La Paz, nous avons mis le cap sur le Lac Titicaca jusqu’à Copacabana, pas la chaude cité brésilienne mais la (très) fraiche bolivienne.
P1120834

 

P1120879

P1090181

Notre voyage en bus s’est bien déroulé avec un passage de bac avec d’un côté le bus et de l’autre les passagers, sur des embarcations plutôt rustiques au raz d’une eau à 8° …

P1090174

 

P1090180

 

La ville est magnifique lorsqu’on arrive des montagnes environnantes, au bord de cette étendue d’eau si grande qu’on croirait une mer.

P1120889

 

P1120962

 

Le ciel bleu inonde le paysage mais le froid est bien là, à tel point que nous louons un radiateur pour la chambre qui malgré cela reste désespérément glaciale.
Copacabana ressemble à une cité balnéaire avec ses pédalos, son rivage aménagé et son port, mais les touristes sont rares et la chaleur surtout malgré un soleil omniprésent.
Pour nous échauffer nous avons pris un bateau « habillé en costume traditionnel » pour aller sur une île flottante faite en joncs et censée aider la population des pécheurs locaux.
P1120897
En fait nous avons connu notre plus bel attrape touriste depuis bien longtemps : une espèce de grand radeau de gros bidons habillé avec des joncs nous accueille avec une boutique de souvenirs, un pauvre enclos à truites, quelques chaises et c’est tout. Pas grave, mais agaçant surtout quand on est obligé de rester à glander là pendant deux heures…
P1120890
P1120902


Heureusement, notre hôtel jouxte un très bon restaurant " La Cupula" où les enfants vont se régaler d’une fondue au chocolat pour se réchauffer.
Mais rien n’arrête une famille Fouet motivée et dès le lendemain nous prenons un bateau pour l’Isla del Sol, à deux heures de Copacabana. Avant de jeter l’ancre j’ai réclamé haut et fort des gilets de sauvetage et après de longues minutes, victoire ! Je les ai eu mes quatre gilets, sous les sourires moqueurs de certains autres passagers. On ne se refait pas. Il n’empêche qu’avec la température de l’eau et la distance par rapport à la côte nous sommes plus rassurés. La petite virée est magnifique et le nord de l’île où nous accostons est vraiment très sauvage.
Impossible de nous soustraire au guide local

P1090214

qui veut nous emmener en balade, nous lui emboîtons donc le pas après avoir englouti quelques « papas fritas » de chez sa copine (ah le business !). Le chemin prend très vite de l’altitude et le paysage est grandiose.

P1120918
Ses explications sont plutôt pertinentes et il nous fait même connaître une plante qui lorsqu’on la renifle aide à respirer en altitude. Et franchement, nous sommes bluffés par son efficacité : Arthur court comme un lapin et saute comme un cabri sur les rochers à 3600m, en reniflant sans cesse cette plante, et ça va continuer ainsi toute la journée.

P1120927

Heureusement qu’elle n’est pas en vente libre chez nous…C’est donc en presque lévitation que nous apprenons que c’est sur cette île que le dieu Inca à fait naître ici un homme Manco Capak et sa femme Mama Ocllo qui ont donné naissance au peuple inca. D’ailleurs nous en avons eu la preuve car les pas du dieu inca sont gravés dans la roche, et marcher dans ses pas nous recharge en énergie vitale.

P1120957


P1120931
Même si Arthur n’en avait pas besoin, il n’a pas hésité, et n’a même pas râlé durant les trois heures de randonnée hard qui ont suivis !

P1120938

Notre guide nous a donc accompagné jusqu’à la table des sacrifices humains (les incas était très attentifs à offrir beaucoup de sang aux dieux pour calmer leurs colères…), un lieu magnifique qui surplombe le lac. De là nous avons parcouru seuls un chemin somptueux sur les crêtes avec un panorama unique à 4000 mètres d'altitude.

P1120946
Cette randonnée est une des plus belles que nous ayons faite.
P1120940

Seul hic, comme nous avions peur de louper le dernier bateau, nous avons adopté un rythme façon championnat du monde de marche mais, boostés que nous étions, personne n’a râlé et nous avons passé une magnifique journée, sportive mais magnifique.

P1120936P1120951


Copacabana fut notre dernière étape en Bolivie mais nous sommes déjà en terre inca, et nous pénétrons encore plus ces terres sacrées en direction du Pérou par un voyage de 10 heures en deux bus, un de jour et un autre de nuit. Nous traversons de superbes paysages en passant une fois de plus par une douane.
P1120972

 

P1120982


Le dernier bus est plutôt antique et principalement rempli de locaux sympathiques et bruyants mais le plus drôle est une séance d’information d’ordre médical qui nous a été présentée : en effet, un membre du personnel de la compagnie a venté durant de longues minutes les mérites de divers médicaments presque exclusivement concernant les hémorroïdes en brandissant des photos d’hommes d’âge mur en place sur des toilettes…hilarant !

C’est donc à 22h que nous sommes arrivés à notre première étape péruvienne : Arequipa aux pieds du majestueux volcan actif El Misti qui ressemble au Fujihama avec cette même forme conique et son sommet enneigé superbe.

P1090234.JPG

Nous croisons les doigts pour qu’il reste tranquille car c’est un volcan de type éruptif et qui dit éruptif dit nuées ardentes et explosions qui en dix minutes détruiraient la ville et ne laisserait aucun survivant, gloups ! On oublie ce détail de géographie, pour découvrir une ville sympa, touristique mais charmante avec ses bâtiments de style colonial et ses arcades qui entourent une place centrale magnifique.
P1090237.JPG
Notre hôtelier "Hostal Nueva Espana" parle français, nous avons chaud enfin dans notre chambre, les petits dej sont super bons, nous retrouvons ainsi le moral que le froid avait fini par émousser ces derniers jours.
P1120985
Le premier jour, nous avons visité la ville et son superbe couvent Santa Catalina encore habitée par des religieuses et, construit dans la style Andalou.
P1090246.JPG

P1090262.JPG
Mais, nous sommes avant tout ici pour approcher un animal mythique : le Condor. Nous partons donc pour deux jours d’excursion en direction du Canyon Del Colca.

P1120994

P1120995

Après quelques cols à plus de 5000m (nous mâchons des feuilles de coca pour éviter le mal des hauteurs)

P1120989

 

P1130022

 

P1130017

nous arrivons à Chivay, petite bourgade entourée de cultures en terrasse qui datent de 1000 ans avant les incas.

P1130034

Et toujours dans le froid, toujours une chambre sans chauffage, mais comment font-ils pour supporter ça ?
En plus, c’est le centenaire de la province et la fête va durer jusqu’à 4h du matin avec force pétards comme c’est de coutume ici.

P1130041

 

P1130040

C’est donc après une brève nuit glaciale que nous avons pris une piste défoncée dès 6h du matin pour arriver vers 8h tout en haut du fameux cayon. Et là mes amis, ce fut le choc. La profondeur du cayon, les rayons du soleil qui donnent une lumière magnifique, et surtout dès notre arrivée, deux énormes condors qui déploient leurs 3,5m d’envergure sous nos yeux ébahis.

Pictures


En effet, ils profitent des courants d’air chaud ascendants pour planer en remontant jusqu’à nous.

 

 

 


Durant plusieurs heures nous restons dans le silence au bord du précipice à admirer des dizaines de condors au soleil, un spectacle unique, émouvant, et d’une beauté sauvage bouleversante. Cela valait vraiment la peine de braver le froid et l’altitude une nouvelle fois tant les condors nous ont enchantés.
Nos premiers jours au Pérou sont très agréables et nous sentons la différence de développement et de d’ouverture d’esprit avec la Bolivie qui reste comme repliée sur elle-même. Décidément l’Amérique du sud n’en finit pas de nous étonner.
Notre enthousiasme reste intact tellement le Pérou est excitant.
A bientôt les Mouchachos
 !      

 

P1090429                          

   

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Pérou
commenter cet article