Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 00:27

 

Après les grandes étendues désertiques et froides, nous voilà de retour à la civilisation. Le contraste est flagrant entre le Chili et la Bolivie, nous sommes dans un autre monde, comme si le temps s’était arrêté. Les petites femmes aux grands jupons, longues tresses et chapeau melon, déambulent dans les rues.

P1080915

 De la petite ville d’Uyuni sur les bords du Salar, nous avons mis le cap sur Potosi en bus, accompagnés de la famille CAZIN.

P1120475

 

P1080921

 

Potosi est la ville la plus haute du monde devant Lassa au Tibet.  L’arrivée à plus de 4OOOm est éprouvante mais le spectacle est unique : toute la ville construite en briques rouge entoure un cône gigantesque, une montagne pelée, comme décapée, énigmatique. 

P1120484

 

Il s’agit en fait de la plus fabuleuse mine d’argent de l’histoire de la conquête du nouveau monde. C’est de cette montagne que des quantités énormes d’argent sont parties pour le royaume d’Espagne durant trois siècles.

 

P1120542

La fabuleuse richesse de ce pays a donc permis à l’Espagne de bâtir son empire et de 1550 à 1850, huit millions d’esclaves, indiens et africains sont mort dans ces galeries.

P1120501

 

Aujourd’hui, l’activité perdure mais pour seulement quelques bolivianos qui espèrent trouver un nouveau filon et qui s’activent sous terre par 50°…Des visites de ces mines sont organisées mais sont fortement déconseillées en raison des risques liés aux gaz toxiques qui s’échappent de ces galeries. Avec chance, nous arrivons le jour de la fête de l’Opus Christi célébrée dans tout le pays.

 

 

Ici la religion se vit dans la joie et la bonne humeur, il s’agit d’une vraie fête populaire avec ses rites et ses processions.

P1120573

P1120499

P1120516

 

Pour rester dans l’ambiance nous visitons le couvent de Sainte Thérésa

P1080977

 

et le superbe musée de la Casa de la Moneda.

P1120586

 

Nous y apprenons comment était frappée la monnaie à Potosi.  Nous apprenons également qu’en 1987 des américains ont retrouvé un galion au large de la Californie rempli de pièces d’argent en provenance de Potosi et que ces derniers, dans leur grande générosité ont restitué une seule petite pièce à la ville pour son musée. Le cynisme des américains n’a décidément aucune limite…

P1120590

Après trois heures de bus, nous sommes arrivés à Sucre, la ville blanche capitale de la Bolivie.

Dossiers photos ville sucre

La chance est encore avec nous puisque ce week-end, les étudiants fêtent leur rentrée à l’Université. Pendant deux jours et deux nuits c’est un défilé permanent de danseurs et musiciens en costumes. Un festival de couleurs et de bruits, ces boliviens aiment vraiment faire la fête !

 

 

 

Le dimanche nous partons pour le marché de Tarabuco à 30km de Sucre, célèbre pour ses tissus.

P1120672

Nous en profitons pour nous lâcher sur quelques souvenirs colorés.

P1120673

 

P1090037
Le lendemain, nous avons retrouvé les Cazins et après une séance match de foot, nous avon svisité le musée des tissus andins. Nous avons admiré de beaux costumes et de tissus de la région.

P1120734

 

P1120736

 

P1120747

Pour faire plaisir à Arthur nous avons visité le parc des dinosaures, créé à la suite de la découverte d’empreintes de T-Rex et autres bestioles sympathiques que nous pouvons admirer en réel.

P1120784

 

P1120786

 

P1120785

 

Après un âpre débat interne, nous avons décidé de tester la compagnie aérienne militaire bolivienne (TAM) pour nous rendre à la PAZ et éviter douze heures de bus sur des routes escarpées de nuit…   C’est donc les mains moites et les pieds poites que nous avons atterri sur le plus haut aéroport du monde, encore un record à notre actif !

 

P1090118

 

P1090120

Heureusement que nous avons choisi un super hôtel très confortable car nous ne l’avons pas quitté pendant les 72 heures de notre séjour. La faute à une magnifique salmonellose contractée par Sylvie et Camille qui n’ont rien trouvé de plus original que de manger une belle salade de crudités au Roquefort ! En, plus elles me l’ont refilée, généreuses qu’elles sont…  Mais en bons routards organisés et prévoyants, nous sommes allés directement voir le médecin de l’Ambassade de France, et une prescription d’antibiotiques plus tard, toute la famille a retrouvé bien vite la santé.

Nous avons quand même arpenté quelques rues autour de notre hôtel, le temps de découvrir quelques foetus de lamas destinés à portée chance à de futurs jeunes mariés.

P1090144

 

P1090136

 

P1090141

Après ce rendez-vous manqué avec LA PAZ, nous espérons être plus fringants sur les rives du Lac TITICACA (mais oui Patrick !).

A plouch, les mouchachos ! 

 

P1120625

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Bolivie
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 00:30

 

Nos quelques jours à San Pedro de Atacama étaient censés préparer nos organismes à l’altitude, la ville étant située à 2300m. C’est donc le cœur léger, avec la béatitude des ignorants que nous nous sommes élancés à l’assaut des hauts plateaux pour trois jours de traversée jusqu’en Bolivie pour finir sur le Salar d’UYUNI.
Le Guide Lonely Planet dit : « Ce n’est pas une balade de confort et pour cinq voyageurs endurcis qui la décrivent comme le meilleur moment de leur voyage, il y en a toujours un pour qui ce fût un cauchemar» ce que Sylvie avait bien entendu passé sous silence…
Lors du premier passage en douane, nous avons remarqué dans la file trois petites têtes blondes et nous avons parié que c’était une famille française en voyage. Gagné ! Nous avons fait la connaissance d’Anaïs et Sébastien CAZIN et leurs trois enfants Basile 7ans, Jeanne 11 ans et Malo 12 ans.

P1120103

Ces nantais voyagent durant 5 mois en Amérique du Sud et nous allons les croiser à de nombreuses reprises durant notre périple andin, jusqu’à lier amitié. Les enfants seront tous heureux lors de ces occasions de pouvoir enfin partager leurs jeux et leurs expériences avec d’autres enfants de leur âge.
Donc, après contrôle douanier, nous sommes allés en bus jusqu’à la frontière chilo-bolivienne.

P1080535

 

P1080527

 

P1120454

Dans le vent frisquet et sous un soleil de plomb, nous avons pris place dans un 4X4 Toyota 7 places avec deux chiliens : Ektor et sa fille Elisabetha. Nos quatre très gros sacs sont positionnés sur le toit, enveloppés dans une bâche avec beaucoup de précaution. Nous comprenons bien vite que la poussière sera notre invitée sur les trois jours de traversée. Notre chauffeur, un inca pur jus, s’appelle Miguel et s’avère un pilote très pro,

P1120408

et il en faudra de l’expérience pour venir à bout des pistes défoncées que nous allons rencontrer. Nous sommes à plus de 4000m en plein désert bolivien et les paysages que nous découvrons sont bien au-delà de ce que nous avons vu jusqu’à présent.

P1110934

 

Plus vastes et plus purs que les plus beaux de Patagonie ou de Nouvelle Zélande, ces hauts plateaux sont fantastiques et les couleurs minérales tranchent sur le bleu violent du ciel sans le moindre nuage, c’est impressionnant et beau à la fois. Les seules traces de vie que nous rencontrons sont quelques touffes d’herbe desséchées,

P1080522

 

quelques vigognes frêles et élégantes, et des oiseaux lorsque nous nous rapprochons des lagunes dans lesquels aucun poisson ne peut vivre.

P1120092

La première est la Laguna blanca à cause de sa couleur blanche due au borax un minéral qu’elle contient.

P1110926

La surface du lac est gelée et donne le ton de la température qui nous attend dans cet environnement sauvage. Le spectacle est magnifique et nous nous félicitons encore une fois de ne pas avoir lésiné sur la qualité des appareils photos car nous prenons un plaisir non dissimulé à photographier cette nature exceptionnelle.

P1080573

Un peu plus loin nous admirons la Laguna verde, verte à cause de l’arsenic et du sulfate de cuivre qu’elle contient (c’est bien ça Anaïs ?).

P1110943

Il fait froid mais la beauté des paysages nous fait oublier pour un temps la température, les difficultés de respiration, la compression de nos intestins qui gargouillent, le mal de tête qui pointe et les UV que nous sentons pénétrer notre peau comme des aiguilles chauffées à blanc.

P1080599

Très vite nous sortons les crèmes indice 50, les lunettes de soleil et les bonnets. Nous sommes entourés de volcans aux sommets enneigés et le paysage est parfois lunaire mais les minéraux ont des couleurs somptueuses.


P1110962 Nous arrivons jusqu’à une nouvelle lagune magnifique et sur le bord de laquelle une petite piscine d’eau à 35° nous tend les bras. Arthur n’hésite pas une seconde et rentre dans l’eau (zut !), je suis donc obligé de l’accompagner dans cette expérience plutôt fraiche mais rigolote en compagnie d’une bande de jeunes voyageurs anglo-saxons qui font du beat-box dans ce décor incroyable.

P1110976

Jamais nous ne nous sommes rhabillés aussi vite, brrr !

Nous partons ensuite vers les énormes Rocas de Dali (Ils semblent avoir été disposés par le maître du surréalisme).

P1120146


Miguel nous concocte un repas en 15mn à l’arrière du Toyota et nous pique-niquons au bord d’une autre lagune magnifique où volent de nombreux flamants roses.

P1120211

 

Nous devons être à 5000m et mon mal de tête est maintenant bien installé.
  En route, nous rencontrons les CAZIN et le courant passe bien entre nos deux familles. Nous décidons de nous revoir le soir même, sympas les nantais. Nous concluons l’après-midi par la Laguna Colorada aux eaux incroyablement rouge en raison des micro-organismes qu’elle contient.

P1120029

Le spectacle des flamants sur cette surface rougeoyante est splendide.

P1120068
Arthur trouvera même un oeuf de flamant rose.

P1120076

Le premier soir nous nous installons dans un hôtel toujours à plus de 5000m sans chauffage. Comme il fait –15° la nuit je décide de louer des sacs de couchage supplémentaires (ici ils appellent ça des sacs de dormir, marrant comme expression). Nous partageons la même chambre que nos amis chiliens et dès le soleil couché, le froid tombe sur nos épaules sans pitié…

P1080688

Nous avons dormi tout habillé et ce n’est pas du froid dont nous avons souffert, mais de l’altitude.

P1080652

Le mal de tête ne nous a pas lâchés de la nuit, ce fut rude et au petit matin personne ne parle dans le 4X4.
Aujourd’hui, nous continuons sur l’altiplano, en admirant un volcan en activité le Tunupa (5432m) qui crache ses volutes de souffre en permanence. Toujours sur le même thème, nous avons approché des geysers brûlants et des cratères de boues volcaniques impressionnants.

P1120008

P1120003

Nous franchissons des cols à plus de 5000 mètres, on ne roule que sur des pistes.


P1110951 Nous déjeunons à l'arrière du 4X4, le chauffeur nous a concocté un bon repas.
P1080810
P1080815

Enfin, nous redescendons de plus de 1000m, et nous passons un moment au bord de la Laguna Honda où le spectacle des flamants roses est une fois de plus exceptionnel.

P1120213

P1120261
On ne se lasse pas de les regarder, et on mitraille.
P1120246

 

Ce soir, nous dormons dans un hôtel construit en briques de sel au bord du Salar d’Uyuni, non chauffé lui aussi. Nous décidons alors de dormir à deux par lit pour nous tenir chaud. Dur, dur la vie de routard !
Heureusement le soleil est constamment là pour nous réveiller et nous partons pour traverser le fameux Salar d’Uyuni qui s’étend sur 12 500 km² d’une blancheur immaculée à 3653 mètres d’altitude.

P1080837

La couche de sel peut atteindre jusqu’à 10m par endroit. Nous sommes à la rencontre de deux plaques tectoniques qui ont enfermé une mer qui s’est évaporée en laissant le sel.
Là, au beau milieu, nous improvisons des photos en essayant de profiter d’illusions d’optiques que provoque cette étendue de sel, nous nous sommes bien amusés.

P1120304

 

P1120315

P1120307
P1120424

Enfin nous arrivons à Uyuni en passant par un cimetière de locomotives et nous laissons les enfants s’éclater en jouant aux chemineaux.

P1120467
A la sortie du Salar, nous passons devant des ouvriés travaillant à l'extraction de sel, cagoulés pour se protéger du soleil et de la réverbération, ayant comme seul outils des pêles.

P1120446


Merci aux inventeurs du Nurofen, mais en fin de compte le jeu en valait vraiment la peine.
A bientôt les mouchachos !              

P1120456

Repost 0
Published by Sylvie et François - dans Bolivie
commenter cet article