Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:25

 

Oubliée PERTH la puritaine, la ville des pionniers anglo-saxons au protestantisme rigoriste, oubliée la trop riche australienne de l’ouest refermée sur elle-même, place au centre originel du continent avec ses merveilles minérales. Dans ce quasi désert les conditions climatiques sont extrêmes. La semaine dernière le thermomètre est monté à 53°…ça calme. Eh bien nous, nous avons un bol monstre puisque la barre des 40° ne sera pas dépassée, avec même une petite fraicheur à 29° au réveil !  Inespérées ces conditions sont idéales pour découvrir les sites qui jalonnent une des deux seules routes goudronnées qui partent d’Alice Springs. Nous logeons dans un motel modeste "Alice Motor Inn" mais très bien équipé avec le barbecue traditionnel australien, une petite piscine, le tout à deux pas du centre.

P1050702

 

La ville n’a rien d’extraordinaire hormis la présence de très nombreux aborigènes qui semblent désœuvrés. Nous savons désormais que le gouvernement leur verse des subventions importantes, leur donne des maisons, des voitures et l’argent dont ils ne savent que faire, fini dans l’alcool. Après les avoir massacrés, notamment en Tasmanie où il ne reste plus un seul aborigène en vie, les australiens essaient de se racheter mais c’est manifestement un échec tant l’écart initial entre les civilisations est important. Cette vision nous attriste et nous fait prendre conscience du drame que ce peuple pacifique, en osmose totale avec son environnement, a vécu depuis le XIX siècle. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de plonger dans la culture aborigène lors de la prochaine étape. Pour l’heure, dans notre grande voiture blanche de location (HYUNDAI  IX 35) climatisée, nous sommes allé pour la deuxième fois au canyon de Sandley Chasm (ici les sites ferment très tôt -14h30-  nous nous sommes fait avoir la première fois) qui nous a réservé sa fraicheur après une petite marche de 20mn. L’endroit est superbe, seule une petite pancarte à l’autre extrémité nous stoppe : « Danger, au-delà de cette limite vous risquez de graves blessures et même la mort », bon au final on a fait demi-tour…

 

 

P1050808

 

A Ellery Creek nous nous sommes baignés dans une étendue d’eau entre deux falaises magnifiques.  Nous avons cherché des walibis à Simpsons mais nous n’avons rencontré qu’un gros lézard…

P1050636

 

Notre premier kangourou nous a regardé droit dans les yeux quelques kilomètres après, pour la plus grande joie des enfants !

P1020907

 

 

Ils sont peu nombreux dans la région car les Dingos (des gros chiens jaunes sauvages) les déciment. Un autre jour nous avons visité le Désert Camp, où est concentrée toute la faune de la région : kangourous, oiseaux, insectes, animaux nocturnes, etc… Le clou de la visite fût une présentation par un ranger de magnifiques rapaces qui nous ont survolés à quelques centimètres en attrapant en une fraction de seconde dans leurs serres la nourriture jetée en l’air : instant magique car nous n’avions jamais vu de rapaces aussi beaux et d’aussi prêt.

 

 

P1020895

P1020930

P1020921

 

Le lendemain nous avons fait un trek dans les gorges d’Orniston dans une vallée sauvage où subsistent des points d’eau au milieu de la fournaise.

 P1050843

Là encore les paysages sont grandioses et nous confortent dans notre choix de voyager dans ce pays-continent. Nous terminons la journée à Glen Helen, un endroit sympa pour piquer une tête.

P1050863

P1050866.JPG


Le soir, nous avons partagé le barbecue avec des allemands et nous nous sommes envoyé des grands steaks grillés avec haricots verts et moutarde Maille, et petit chardonnay australien,  un vrai festin ! Au rayon gastronomie, nous avons aussi gouté au restau du kangourou, du crocodile, de l’émeu et du chameau (parce qu’il y en a ici aussi), bref, rien de transcendant, ou tout du moins qui ne vaille un bon vieux morceau  de faux filet ou de bavette !  Et hop, après Alice Springs et ses merveilles, rendez-vous au site sacré d’Uluru ! Cette Australie là est celle dont nous rêvions : superbe et sauvage ! C’est parti, enjoy !  

 

P1050875

PS : L 'Australie n'est pas le pays du Wifi, les conditions pour charger les photos et publier les articles n'ont jamais été aussi difficiles ... soit le wifi est payant et très cher mais en plus tres tres lent ou soit il n'existe pas !  Quel contraste avec l'Asie où le wifi était gratuit, facile d'accès et rapide.  Alors désolée, très peu de photos seront dispos pour le moment.                                       

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Australie
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:45

Après une halte de 4 heures dans le magnifique aéroport de Singapour, nous sommes arrivés sur le continent australien en pleine nuit et nous avons dû attendre le petit matin pour trouver un taxi disponible, ça commence bien…en plus, les douaniers ne nous ont pas laissé notre « saucisson d’Auvergne » ramené de France par Monique et Pierre. Aucun aliment importé ne peut entrer en Australie, pas cool ! Dès le matin, nous avons senti que la chaleur serait forte, au moins 35° sous un ciel très bleu. Notre hôtel est fonctionnel et déjà nous constatons que le niveau de vie ici est très élevé, nous l’estimons à environ 20% de plus qu’en France, va falloir faire attention grave. Notre première visite en ville est étrange. Tout est neuf, tout est grand, bien organisé. Toutes les infrastructures sont récentes, les matériaux utilisés sont de très grande qualité, et ce qui nous intrigue c’est que TOUT est comme ça, pas un papier gras, pas une barrière rouillée, ou quelque chose qui ne soit pas à sa place.

P1050560

 

Nous avons l’impression d’être dans un décor de sitcom TV sans rien qui dépasse. Et où sont donc les gens ?

 

P1050596

 

 

D’accord, nous sommes en début de matinée en semaine mais quand même ! Les quelques personnes que nous croisons sont toutes plutôt âgées et peu nombreuses au milieu de ces buildings qui paraissent du coup démesurés.

 

P1050572

 

Les jours suivants, le temps maussade nous permet de travailler et de rattraper le retard scolaire que nous avons accumulé, heureusement les notes des enfants sont très bonnes et nous sommes vraiment rassurés.

P1050582

 

Grâce à des transports gratuits et très bien organisés, nous sommes allés à Scarborough une station balnéaire proche de Perth où nous avons pu nous baigner sous le regard bienveillant des gardes côte après nous être assurés qu’ils n’y avait ni requin (!), ni méduses et ni courants dangereux (j’applique les consignes à la lettre !).

 

P1050449

Les filles ont pu détailler les muscles et le bronzage des surfeurs tous barraqués et très grands (un peu comme moi quoi) ;)

P1050444

 

 

 

P1050456

.Ensuite nous avons visité Freemantle à quelques kilomètres de Perth et son marché historique

P1050469

 

mais sans grand intérêt et nous nous sommes recueillis devant la statue de Bon Scott le chanteur du groupe de hard rock AC/DC, l’enfant du pays. Respect pour « Hells bells » et « Highway to hell » sur lesquelles nous avons tous secoué notre chevelure la tête en bas ou une guitare électrique imaginaire à la main, si si souvenez-vous !

P1050473

P1050502

 

 

 

puis ballade sur la plage de sable blanc non loin de la ville.

 

P1050525

 

P1050533

 

Le dernier jour, il fait enfin très beau et la température est idéale. Nous en profitons pour prendre des photos de la ville, visiter la première mine d’or australienne avec fonte d’un lingot en direct sous surveillance du shérif (ils sont un peu simplets par moments ces australiens…ou alors c’est de la mise en scène et dans ce cas c’est moi qui le suis ?).

P1050568

Un tour au musée d’art aborigène et d’art moderne, et go to Mandurah (ville au nord de Perth) dans un train que l’on dirait livré de la veille tellement c’est neuf. Petite pause au bord de mer gâchée par un vent désagréable mais avec la présence d’un pélican très cool juste devant nous.

P1020883

Le plus gros choc à PERTH est provoqué par le nombre incalculable de panneaux d’interdiction.

P1050498

On a l’impression que tout est interdit : fumer et boire un verre dans la rue, faire du roller ou du skate, de manger, chanter dans les transports…

 

P1050574

 

Nous sommes surveillés (les caméras de surveillance sont partout), la délation est rémunérée, les fautifs sont punis et les panneaux indiquent leur faute, c’est assez choquant pour nous et c’est pousser le flicage un peu trop loin à notre gout.

 

P1050605

 

Ne généralisons pas, mais la première impression est très forte. Et au beau milieu de tous ces coincés, Sylvie nous a fait un festival dont elle a le secret en laissant tomber une bouteille de coca à moitié ouverte qui a dévalé tout un bus en aspergeant tous les passagers et en repeignant ce magnifique bus si propre et si neuf…un grand, un très grand moment !

Chérie tu as été époustouflante, je te revois courir en essayant de rattraper cette pauvre bouteille en disant  « sorry, sorry » complètement affolée… Et voilà pour ce premier contact avec les australiens, mais pas encore les aborigènes, c’est pour le prochain article au cœur de l’Australie. A +   

Plus de photos dans album photo Australie

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Australie
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 14:47

Après le coin de paradis, retour à Bangkok pour respirer une dernière fois les effluves chaudes et âcres des restaurants de rue. Dans cette ville qui, de France, nous paraissait si étrange, nous nous sentons comme chez nous, maîtrisant le métro aérien, la monnaie, le nom des principaux quartiers, les tuk-tuk et les restaurants aux alentours. C’est bizarre cette sensation de continuité, la notion même de frontière ne se concrétise qu’à la douane des aéroports, sinon les changements sont réels mais très progressifs entre les cultures, les langues, les visages, tout du moins à travers l’Asie du sud-est qui nous est devenue presque familière.
Nous passons les dernières heures avec les parents Cayrol à explorer les  « klongs », des canaux qui serpentent au milieu de la ville, dans une des barques colorée propulsées par d’énormes moteurs de camion qui font un bruit d’enfer en envoyant des gerbes d’eau quand le pilote met les gaz à fond, on adore !

P1020772

P1020770

 

P1050383

 

Après quelques minutes à attendre l’ouverture de l’écluse nous nous enfonçons dans un Bangkok que nous ne connaissions pas encore,

P1050384

 

mélange de baraquements vétustes, de morceaux de jungle et de mangroves qui abritent des varans, lézards monstrueux qui se prélassent sur les terrasses des habitations sans que leurs habitants ne sourcillent (gloups),

 

P1050385

 

 

P1020783P1050404

 

et parfois de maisons traditionnelles parfaitement restaurées et d’un luxe incongru dans ce décor. Le spectacle est vraiment unique et nous en prenons plein les yeux au raz de l’eau verdâtre jusqu’à un marché flottant.

 

P1020798

 

 

P1020812

 

 

Lieu touristique mais étonnant : entre les barques où des mamies cuisinent le Pad Thaï et les fruits de mer, les visiteurs nourrissent une multitude de gros poissons-chat qui grouillent à nos pieds comme des pangas dans leur enclos, et qui se retrouvent dans les assiettes des restaurants sur l’eau juste à côté, beurk ! Nous optons pour quelques grosses crevettes grillées, on est sur au moins qu’elles ne viennent pas d’ici…

 

P1020808

 

 

Nous repartons sous une pluie fine qui va bientôt se transformer au passage de l’écluse en pluie torrentielle dont le brushing de Monique se souviendra longtemps !Nous remontons un long moment le klong sur lequel de grosses vagues se forment, la pluie redoublant de force nous trempe jusqu’aux os et fait déborder des égouts qui déversent le fiel noir devant nous. Nous quittons cet ambiance de film noir pour accoster à Kao San road, une rue célèbre où les routards du monde entier viennent acheter des tee-shirt à des prix dérisoires. Monique et Arthur s'essayent au massage des petits poissons, ils enlèvent les peaux mortes. Ca chatouille !!

  P1050435

 

Pour finir nous chinons dans « Chattawak » le plus grand marché du sud-est asiatique sous un soleil écrasant, nous nous rafraichissons ensuite dans l’aquarium magnifique de Bangkok

P1020830

 

 

P1020855

 

P1020861

 

avant de raccompagner les parents à l’aéroport  à 7 dans le taxi …

 

P1020874

 

Voilà, l’Asie c’est fini, ces 3 mois sont passés très vite tellement ils ont été riches pour nos sens et nos esprits. Et nous n’en sommes qu’au tiers du voyage ! Désormais c’est l’Océanie qui nous tend les bras à commencer par Perth sur la côte ouest de l’Australie. Waouu, le changement va être énorme, accrochez-vous, va y avoir du sport dans la parenthèse ! A plouch les potos !   

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Thailande
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 17:27

Lundi 30 Janvier 2012

Pour agrémenter le séjour des parents de Sylvie qui n’ont pas hésité à faire des milliers de kilomètres pour nous rejoindre, nous nous devions de faire en sorte qu’il soit le plus agréable possible. Aussi, nous avons décidé de mettre le cap au sud sur l’île de Koh Samui, sur la côte est de la Thaïlande. Nous avons évité la côte ouest dévastée par un tsunami en 2004, même si c’est une décision plus instinctive qu’objective. Notre ATR à hélices nous a donc déposé sur un petit aéroport magnifique en bois foncé et baigné de verdure tropicale qui n’arrive pas à faire oublier complétement les 35° humides et les premiers moustiques qui vont tant nous aimer…Notre 4X4 traverse des cocoteraies magnifiques jusqu’à nos bungalows. Le temps de repérer les lieux et de mettre nos maillots de bain, nous voilà dans la carte postale idéale :

 

P1050279

 

désolé pour les âmes sensibles mais j’ai du mal à résister aux piscines entourées de cocotiers qui donnent sur une plage sauvage devant une eau turquoise et qui plus est avec moins de touristes que je n’ai de doigts à la main gauche...


P1050301

 

Nous nous sommes sacrifiés pour rester 2 jours dans ce décors de rêve, heureusement, les Pina Colada et autres Mojitos nous ont bien aidé ! Mais ce n’était rien par rapport à ce que nous allions vivre…Il nous a fallu 2h30 de bateau pour atteindre Koh Tao une île encore plus petite, très peu construite de bungalows très bien intégrés à la végétation luxuriante qui recouvre les sommets sauvages.

 

P1020686

 

Notre « cabane » (le coin s'appelle Kho Tao Cabana) donne sur une petite crique tout simplement magique.

P1020671

P1020670

 

Bref, « c’est pas humain comme c’est beau ! »  Et dire que nous allons devoir passer 4 jours dans cet enfer !

 

P1020684

 

 Bronzage à l’ombre des cocotiers, masque et tuba avec les enfants dans une eau dont la température n’est même plus un sujet, poisson frit à chaque repas (barracuda, thon, maquereau royal, seabass, red et white sniper, grosses crevettes, le tout pêché du jour bien sûr) dans des restos les pieds dans l’eau.

P1050328

 

 

P1020750

Mais qui dit végétation tropicale dit aussi …faune tropicale et là nous sommes servis. Chaque soir nous avons notre invité surprise : d’abord un rat dans la chambre de Monique et Pierre, puis une araignée balaise chez nous,

 

 

P1050327

 

un cafard et pour finir un gecko de 60 cm de long (ces lézards inoffensifs font d’habitude 10cm !), mais surtout des moustiques bien voraces le matin tôt, bien voraces en fin de journée et bien voraces tout court puisqu’ils ne nous ont pas lâchés tellement ils nous ont trouvés à leur goût …Cela ne nous a pas gâché tous les autres moments sympas : un repas chez John, un suisse hyper sympa qui fait le meilleur curry de tout le sud-est asiatique, une sortie en bateau pour faire du masque et tuba (les initiés disent snorking) dans un aquarium naturel somptueux,

 

P1020739

 

P1020738

 

un laché de lanterne nocturne très émouvant, et plein de moments de complicité naturelle entre trois générations dans ce décor paradisiaque. Franchement nous nous sommes sentis plus en vacances qu’en voyage routard autour du monde, merci à Monique et Pierre pour cette parenthèse dans la parenthèse…

 

P1020753

 

Elle se continuera par une nouvelle étape à Bangkok avant leur départ pour la France et nous pour l’Australie. A que ciao à tous !        

 

 

P1020759                          

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Thailande
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:41

Bangkok, le 19 Janvier 2012
 
21 heures, aéroport de Bangkok. Notre voyage avec la Thaï Airways s’est bien déroulé, même si au départ j’ai dû laisser mon couteau suisse à l’enregistrement (quel idiot je fais ! c’est la 2eme fois !). Jusqu’à lors nous étions au frais grâce à la clim mais dès que nous avons franchi la porte vers l’extérieur de l’aéroport, une bouffée d’air super chaud et moite nous saisit, à croire qu’ils ont laissé le chauffage allumé …Heureusement nous rentrons bien vite dans un taxi frais conduit par un édenté sympathique mais qui ne comprend pas que nous ne parlions pas le Thaî et qui termine ses nombreuses phrases par des « yiiiiiiyiiii ooouuuuyiii » bruyants, on rigole bien. Il faut une bonne heure pour rejoindre l’hôtel à cause des embouteillages… Comme nous nous apprêtons à accueillir les parents de Sylvie pour 15 jours, nous prenons nos marques le lendemain en commençant à nous approprier la ville et ses transports par 35° mini. Cette ville mêle une architecture moderne, tout du moins dans les quartiers que nous traversons, et une culture très marquée. Tout est coloré ici, les taxis sont rose vif, vert, bleu, jaune flashy.

P1050018

P1050241

Tout le monde mange dehors, dans les rues, car les logements sont trop exigus et toute la journée nous respirons des effluves de friture, de sucre, d’épices et nous nous frayons un passage à travers les carrioles grasses qui offrent une cuisine délicieuse et sure que nous apprécions beaucoup.

 

P1050148

 

P1020516

 

A tous les coins de rue des petits hôtels remplis d’offrande pour Bouddha (fleurs, fruits, plats cuisinés, etc) nous prouvent qu’içi la religion est pratiquée avec ferveur.

Bangkok est polluée, grouillante, jeune, dynamique, elle ressemble aux autres capitales (en plus moderne) du sud-est asiatique qui concentrent la richesse de ces pays nouvellement développés. Aucune trace des inondations à part quelques sacs de sable ici et là et des marques sur les murs de maisons qui longent les berges. L’arrivée de Monique et Pierre c’est un peu Noël pour nous. Le plaisir de les retrouver est d’autant plus grand qu’ils arrivent avec les bagages remplis de cadeaux : deux saucissons d’Auvergne, du Comté, une bouteille de Champagne, des bonbons Kréma, des cookies Granola, du Nutella, des magazines et plein d’autre choses encore qui nous font un bien fou si loin de nos pénates.

 

P1050040

 

Nous les embarquons dans notre découverte de Bangkok,le plus grand temple de la ville est d’une richesse incroyable,

 

P1050088

 

P1050108

P1050116

 

 

 

P1050085

le fameux bouddha couché est extravagant,

P1050168

 

P1050197

et le quartier chinois est un véritable labyrinthe de rues commerçantes, de marché (poissons séchés, fruits, légumes et fleurs) où il ne reste aux piétons que 50 cm de large pour se faufiler tellement elles sont encombrées de marchandises.

P1020513

 

 

P1020582

 

 

P1020603

Et tout cela par 35° et sans un souffle d’air… Nous leur avons fait vivre en direct notre deuxième dose d’adrénaline lorsque Camille, absorbée par son livre, a oublié de descendre d’un bateau taxi…et nous, sur le quai, l’avons vue s’éloigner en tentant de l’appeler en vain… Sans un sou, sans portable, sans même savoir que nous étions descendus, sur un bateau à Bangkok, euh, comment dire, nous fûmes animés d’un léger stress…Nous sommes donc parti immédiatement  à sa recherche, moi par le bateau suivant et Sylvie, sans attendre, en tuk tuk , les parents restants avec Arthur là où nous l’avions perdue. Heureusement elle nous attendait à la station suivante appliquant à la lettre les consignes de sécurité, ouf !

 

 

P1050025

Après ce grand moment, nous sommes allés visiter la Maison de Jim Thomson, un américain fou de culture Thaï qui a recréé en plein Bangkok un jardin avec six maisons traditionnelles Thaï et un grand nombre d’objets d’art,  l’ensemble étant d’une beauté unique.

 

P1050221

 

Nous avons frémi à la « Snake farm » un institut (Pasteur et Croix Rouge) qui élève des serpents pour fabriquer des sérums contre les morsures de serpents.

 

P1020624

 

Il en existe seulement deux au monde, le deuxième établissement se trouve à Sao Paulo au Brésil. Et ma foi, regarder un cobra royal droit dans les yeux à 20 cm est plutôt rafraichissant…

 

P1020630

Enfin, nous avons fait bruler quelques bâtons d’encens dans un temple où des danseuses traditionnelles dansent pour sauver nos âmes, et il y a du boulot !

 

P1020613

 

Vidéo :

 

 

 

 

 

 

Voilà, la Thaïlande a su, au final, garder son âme malgré son fulgurant essor économique. A bientôt à 800 km au sud dans les îles de Ko Samui et Ko Tao, ciao amigos !   

 

P1050150                      

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Thailande
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 12:24

Arrivés en  Thaïlande, la différence est criante avec le Vietnam, le Cambodge et le Laos : les infrastructures sont nombreuses et les toits des maisons sont récents et bien alignés. Pas de doute, le pays a pris de l’avance sur ses voisins ce qui se confirme en ville:  les voitures ont pris le dessus sur les deux roues. D’ailleurs la pollution engendrée par ces dernières est difficilement supportable, a fortiori lorsqu’on se déplace en taxi ouvert « les Songthaews », on en prend plein les poumons et nous regrettons les fameux masques Vietnamiens…Nous sommes très bien accueillis dans une guesthouse du centre ville, le touriste est ici traité de manière très professionnelle mais avec beaucoup d’empathie et avec le sourire, c’est très agréable. Le dynamisme règne, les moyens aussi et cela se traduit par une impression de neuf qui enlève en partie le charme des pays précédents. Même les temples sont rutilants, recouvert de dorure, on est un peu moins fan.

 

P1050005

 

P1040898

 

 

P1040926

La présence de Mc DO, Starbuck et compagnie ravie les enfants qui saturent un peu du riz au poulet, mais nous décidons quand même de lutter contre l’uniformisation culturelle par une nouvelle leçon de cuisine. Pad thaï (plat national), curry rouge et vert, riz à la noix de coco et mangue, soupe de banane à la noix de coco, etc.

 

P1020483

 

P1020495

C’est bon mais nous avons préféré notre cours de cuisine vietnamienne les pieds dans le sable, y compris au niveau gustatif. Après une visite de temple situé tout en haut d’une colline, nous avons vécu un moment unique dans un lieu où sont élevés des tigres. Nous nous attendions à un énième attrape touriste et bien pas du tout. Du bébé tigre au monstre adulte, nous pouvons les approcher de près, de très près même puisque nous pouvons les toucher. Nous sommes à moitié rassurés au milieu de ces cages qui nous semblent frêles à côté de la masse musculaire des tigres adultes qui suivent du regard Arthur comme une proie facile, brrrr ça fait froid dans le dos !

Thailande 0039

Cet animal est d’une beauté sidérante et son regard est troublant, pas de doute on a affaire à un prédateur, difficile de soutenir ce regard à quelques centimètres. Pourtant, ceux-là sont dressés pour être approchés par l’homme, mais nous choisissons au final de poser avec des tigres de deux mois et même là, la tension des dompteurs est palpable.

 

Thailande 0036

Caresser ces peluches magnifiques restera un sacré souvenir pour tous !
Après une bonne matinée studieuse, nous prenons l’avion pour Bangkok !!! 
A plouch amigos ......

+++ de photos dans Album Thaïlande !

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Thailande
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 04:53

 Ah ! L’arrivée à Luang Prabang, nous nous en souviendrons… Comme dirait un ex -Président de la République : les emmerdes, c’est comme les avions de chasse, ça vole en escadrille ! D’abord, un premier hôtel limite insalubre à cause de l’humidité et un patron qui nous fait payer une chambre que nous n’avons pas occupé parce qu’irrespirable (grosse colère de Sylvie, incontournable), ensuite un conducteur de tuk tuk qui nous annonce un prix au départ et qui le multiplie par quatre à l’arrivée.

 

P1040523

Un bureau de change qui omet de nous informer d’une taxe et nous carotte 50$, re-grosse colère pour récupérer seulement la moitié. Une intoxication alimentaire suite à un repas au restaurant le Blue Lagoon, avec certes, un service impeccable et un prix en rapport mais un tout petit ramequin de beurre qui à lui seul a mis à plat Camille et Arthur pendant deux jours (avec une première nuit mémorable) mais aussi plusieurs autres notes de restaurant pas tout à fait exactes lorsque nous les recomptions avant de payer. Pour finir, j’oublie dans un bar à vin (on ne se refait pas) mon sac à dos avec tous les papiers, les appareils photos et les passeports, et là, ô miracle, le gérant l’avait vu et me l’a rendu une demie heure après avec un grand sourire, ouf ! Bref, rien de grave, les commerçants de Luang Prabang sont filous mais pas tous. Ca agace un peu et ça gâche un peu le paysage …
La ville est tout de même très belle avec ses rues bordées d'arbres, ses anciennes maisons coloniales et ses nombreux temples 

 

P1020279

 

P1020280

P1040559

 

 

P1040554

Le paysage est splendide et nous fait oublier bien vite ces petits tracas, comme dirait Camille on se croirait parfois en Auvergne (!). Le Mékong, les montagnes, les palmiers, les rizières qui se parent d’un vert magnifique car le riz recommence à pousser, les buffles, nous ne nous en lassons pas, d’autant plus que nous nous sommes rafraichis (le temps est un peu plus frais au nord) dans des cascades aux eaux turquoises incroyables.

P1040810

 

 

P1040833

 

P1040545

 

 

P1040851

L’une d’elles nous fait découvrir un parc avec une vingtaine d’ours asiatiques qui se balançaient nonchalamment dans des hamacs. Mais lorsqu’ils se sont mis debout sur leurs pattes pour jouer, la peluche noire se déplie sur 3 m de hauteur et devient tout de suite impressionnante et surtout magnifique dans son environnement presque naturel.

 

 

P1040842

La ville de Luang Prabang perchée entre le Mékong et la rivière Khan est très belle. Le Palais Royal est magnifique et la fusion de l’art traditionnel laotien et de l’art français donne un mélange superbe dans l’architecture et le mobilier.

P1040529

 

P1040567

Nous avons même trouvé un café-boulangerie où nous avons célébré la galette des rois, avec tout le tralala : couronne et fève, comme il se doit.

Enfin, nous avons passé un moment inoubliable dans un centre de sauvegarde des éléphants, il en reste 1600 sur un million au début 1900.

L’endroit est superbe au bord du Mékong, les éléphants sont soignés, bichonnés car les laotiens ont compris l’importance de la conservation de l’espèce.

 

P1040618

 

P1020345

En choisissant ce centre nous participons financièrement à sa pérennité tout en vivant une expérience rare pour nous, européens. D’abord nous avons fait un petit « tour de chauffe » assis juste derrière les oreilles du mastodonte puis nous sommes partis pour une balade d’une heure avec traversée du Mékong, et surtout descente de la berge vertigineuse où je n’en menais pas large.

 

P1040627

 

 

P1020411

Mais force est de constater qu’un éléphant est agile et stable, quel que soit l’état du terrain, ce qui n’est pas évident lorsqu’on est sur son dos à 3,5m de haut avec rien pour se tenir, une seule solution : faire confiance…et serrer les fesses ! Arrive ensuite le moment le plus rock’n roll : la toilette dans le Mékong ! C’est drôle comme un éléphant aime l’eau… Le mien plongeait sa tête d’au moins un mètre profondeur pendant plusieurs minutes me laissant avec de l’eau jusqu’au torse, essayant de garder l’équilibre pour ne pas être désarçonné…Sylvie, elle, a été obligée de nager car le sien se couchait carrément, risquant juste de l’emporter sous l’eau… mais comment a-t-elle pu garder son sourire jusqu’au bout ? Quel optimisme ma chérie !

 

P1040709

 

 

 

P1040720

 

 

 

P1040710

Bien sûr les enfants ont adoré d’autant plus que nous avons fait la connaissance d’une famille d’australiens avec leurs 3 garçons, cette journée fut grandement réussie pour tous. Et voilà, c’en est fini du Laos, rendez-vous en Thaïlande très bientôt. A plouch !

+ de photos dans album photos Laos

 

P1040655

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Laos
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 17:29

Merci pour tous vos vœux et commentaires pour cette nouvelle année 2012 que nous vous souhaitons à tous plein de bonheur.

 

Pour illustrer le titre de cet article voici un dicton local : " le Vietnamien plante le riz, le Cambodgien le regarde pousser, et le Laotien l'écoute..." pardon pour notre amie Corinne de Bordeaux qui est Laotienne, mais le choc est réel. Nous qui sommes stressés, même après deux mois de voyage, le Laos nous fait du bien car le rythme est vraiment vraiment beaucoup plus lent. La petite ville de Paksé où nous passons quelques jours au sud du pays, ressemble à une de nos villes de province... mais le dimanche après-midi. Notre hôtel recèle un chef français et franchement ça fait du bien, un bon steak, un bon magret, après tant de "chicken with rice" "chicken with noodles" "chicken soup" etc . Donc notre stage de zénitude a débuté par une excursion au sud, dans une région sauvage : les 4 000 îles. Pour visiter la première, le bus nous laisse au milieu de nulle part au bord du Mékong en plein cagnard et d'un signe nous indique le "bateau", qui est en fait une pirogue très étroite et très instable car chaque mouvement d'un des passagers met en péril la suite de la traversée.

 

 

  P1040303

 

 

 

 

 

P1020049

Heureusement celle-ci se déroule sans encombre jusqu'à l 'île de Dong Khong où nous passons le réveillon du nouvel an avec deux autres familles françaises dont une que nous avions rencontré au Vietnam et qui voyage dans un bus de la RATP aménagé ! Super sympa et très courageux avec leurs 4 enfants. Les Shadobus : http://www.shadobus.com. De là, nous reprenons une pirogue (mais avec gilets de sauvetage) pour une heure et demi sur le Mékong que nous trouvons toujours aussi magique.

 

 

P1020081

La deuxième île de Dong Khone et encore plus "roots" et nous choisissons un bungalow au bord de l'eau, propre mais roots de chez roots.

 

 

P1020084

 

 

P1040357

Après quelques tours de vélo, une chaleur étouffante et une demi nuit passée sur le balcon en raison d'un cafard volant dans la chambre, nous avons retrouvé la terre ferme avec soulagement ...

 

 

P1040305

L'autre excursion sera plus agréable pour moi, la relative fraicheur et l'altitude du plateau des Boloven conviennent mieux à l'indécrottable auvergnat que je suis resté, ce que je ne manque pas de dire avec fierté à tous ces estrangers...Ce plateau donc, est couvert de plantations de thé mais surtout de café introduit par les français début 1900, un des plus chers au monde. A l'état de baie, le café est d'un rouge foncé magnifique ou d'un vert éclatant, un régal pour les photos.

 

 

P1040406

 

 

P1040450

Entre chaque arrêt "café" nous nous arrêtons voir des chutes d'eaux sauvages toutes plus belles les unes que les autres.

 

  P1040431

Dans ce périple notre minibus s'est arrêté dans plusieurs villages. Certains de ces villageois sont tisserands ou ont la particularité de vivre au-dessus de leur propre cercueil selon leur coutume, mais l'important n'est pas là. Je ne sais pas s’il existe un syndrome du touriste, mais nous nous sommes soudainement sentis gênés avec nos appareils photos au milieu de ces gens qui n'ont presque rien et dont le regard en dit long sur leur propre gêne également. Arriver là, avec nos moyens exorbitants relativement aux leurs, pour quelques minutes puis repartir en les laissant dans leur dénuement a quelque chose d'indécent. Nous ne pouvons faire autrement que d'acheter quelques objets de leur fabrication ou du popcorn pour offrir aux enfants, mais le malaise ne s'est pas dissipé, l'écart entre notre monde et le leur est une injustice inadmissible.

 

  P1020235

 

 

 

 

P1020239

En même temps, nos devises les aident, alors quelle est la bonne attitude à adopter ? Franchement je n'ai pas la réponse mais la question s'impose à nous. Voilà, nous vous laissons réfléchir la dessus, et demain nous nous envolons pour Luang Prabang à 2000 km au nord. A plouch les mangeurs de grenouille !

 

+ de photos dans album Photos Laos !!

Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Laos
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 14:25

MALRAUX, un grand homme…

Nous connaissons tous l’écrivain, l’homme politique et l’humaniste admiré et respecté. Nous connaissons moins sa part d’ombre que nous avons découvert ici au Cambodge. En effet, en 1923, notre cher André, s’est fait gaulé en train de voler des vestiges d’une valeur inestimables sur le temple de Banteay Srei à l’âge de 22 ans. Il a pris 2 ans dont un ferme, et toc ! Pas mal pour un futur ministre de la culture…Heureusement les temples restent riches et nous avons décidé d’en visiter d’autre pour ne pas rester frustrés après notre première journée.     P1030961

Nous ne nous laissons pas de la vision des vestiges envahis pas la végétation en pensant à l’émotion qu’ont dû ressentir les explorateurs qui les ont redécouverts, Indiana Johns en direct live quoi ! Pour rester dans la culture nous avons déniché un céramiste belge qui fait des pièces khmer uniques et splendides. Après avoir craqué pour un bouddha qui trônera dans quelques mois à la maison, (négocié hors budget voyage, ouf !), nous laissons nos chères têtes blondes s’éclater en parfaits potiers. Ils sont heureux les mains dans la terre, il n’y a pas de doute ils tiennent bien de leur père…Leurs œuvres forcément magnifiques terminées, nous sommes allés visiter une ferme pédagogique sur la culture du vers à soie.

P1040060

C’est peut être bateau mais ça vaut le coup pour les ignorants que nous sommes de voir toutes étapes de la plante en terre, en passant par la vie du vers et l’exploitation de son cocon, jusqu’à une boutique splendide ou les couleurs aussi naturelles qu’éclatantes sont un régal pour l’œil. Malheureusement il était interdit de prendre des photos, un vrai regret. Enfin, nous avons assisté à un spectacle de danse dans une association d’aide aux enfants. Il fallait être vraiment motivé pour rester jusqu’au bout en étant bouffé par une myriade d’insectes volants pas tous identifiés, mais heureusement  inoffensifs (enfin je crois). Nous quittons le Cambodge à regret tellement les habitants sont gentils et la ville de Siem Reap agréable. Les derniers jours de 2011 se dérouleront donc au Laos, prochaine étape Paksé. A plouch donc et bon réveillon bande de veinards !       

 

ps / pas beaucoup de photos car la liaison est tres tres lente !!


Repost 0
Published by Sylvie - dans Cambodge
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:34

26 Décembre 2011

Après 6h de bus depuis Phnom Penh, nous arrivons à Siem Reap ville touristique mais agréable avec ses allées ombragées et beaucoup moins de monde. Lors de ce trajet nous avons traversé la campagne cambodgienne, tantôt sèche avec des très hauts palmiers caractéristiques, tantôt humide avec des rizières d’un vert éclatant, des nénuphars en fleur et des buffles aux grandes cornes tournées vers l’arrière.

 

P1030684.JPG

 

P1030677

Le regard perdu dans ces étendues paisibles et belles, j’ai du mal à croire qu’il y a seulement 35 ans des milliers de gens tombaient sous les coups des Khmers rouges dans ces rizières et  ces villages.

 

P1030701.JPG

Cette histoire récente est omniprésente dans toutes les conversations, les édifices, les écrits, les centaines de personnes mutilées que nous croisons et qui tentent de survivre en vendant des babioles ou des livres sur le génocide. Impossible de rester insensible au malheur récent de ce peuple et pourtant nous découvrons des cambodgiens, souriants, avec beaucoup d’humour, et très agréables. La vie est dure et la saison touristique limitée, aussi notre guide nous avoue-t-il qu’il se lève tous jours à 4h du mat pour tuer des poules et les vendre en ville pour quelques riels avant de commencer sa journée culturelle… Car ici l’art et l’histoire sont rois : les temples d’Angkor, 8ème merveille du monde classée au patrimoine mondial par l’UNESCO, s’étendent sur 400km². C’est le plus grand édifice religieux du monde et dans ses ruines déambulent japonais, coréens, indous, et quelques occidentaux, soit 800 000 touristes par an ! Véhiculés par un incontournable tuk tuk, nous nous émerveillons une fois de plus de  ces visages de pierre, souriants ou énigmatiques mais toujours magnifiques qui trônent au sommet de ces temples.


Le plus majestueux des temples ...  Angkor Wat. Commencée au XII eme siècle, la construction a duré 37 ans.

P1030961

Le Bayon qui veut dire en kmer "la montagne  magique" fin XII et début du XIII eme siècle.

 

P1030778

 

 

 

P1030782

 

 

P1030790

Ces vestiges sont les témoins d’une civilisation Khmer à son apogée alors que nous étions encore dans la nuit moyenâgeuse.

 

P1030795

 

Pour les générations plus récentes, nous nous arrêtons longuement sur les lieux du tournage du mythique Tomb Rider dont je n’ai personnellement retenu que la plastique de son héroïne que j’imagine dans ces ruines envahies par les fromagers, des arbres immenses dont les racines décuplent la beauté des lieux.

Le Ta Phrom datant du XII eme siècle.

 

P1030948

 

 

P1030927

Pour visiter ces temples, des tickets sont à retirer à un bureau qui bien sûr ne prend pas la carte et bien sûr nous n’avions pas assez de liquide sur nous. Alors que Sylvie jurait comme un charretier car il était déjà tard et nous allions louper notre première visite, un grand type s’approcha et nous lança : «nous avons un peu de liquide sur nous, dites-nous de combien vous avez besoin et vous nous le rendrez, nous sommes dans un l’hôtel du centre-ville… » Ca fait du bien un inconnu qui vous prête 20$ et vous fait confiance, un grand merci à la famille DUCHATEAU ! Nous nous en souviendrons. A bientôt et doucement sur le foie gras !        

 

P1030883                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by François et Sylvie - dans Cambodge
commenter cet article